Les carrossiers de Courtois construisent un véhicule pédagogique pour les pompiers

0
Crédit photo Vincent Audelan

Les élèves de la section Bac Professionnel carrosserie du lycée Gilbert Courtois à Dreux ont réalisé un véhicule entièrement démontable pour les formations en secours routiers des pompiers de Dreux.

Elle a l’air flambant neuve, pas une bosse, une jolie peinture bleu clair métallisée. La 206 trône au milieu de l’atelier sous l’œil attentif des élèves carrossiers et des pompiers venus en nombre la découvrir. « C’est un véhicule pédagogique pour entraîner les nouvelles recrues aux secours routiers », explique Arnaud Rivet, coordinateur de la section carrosserie qui compte cinq enseignants, une cinquantaine d’élèves, sur les trois ans que dure la formation, et une dizaine de CAP peinture. « Certains SDIS (Service Départemental d’Incendie et de Secours) sont équipés de ce genre de véhicules mais ici cela n’existe pas. J’ai proposé aux responsables du groupement Nord d’Eure-et-Loir d’en fabriquer un avec les élèves du collège », poursuit le coordinateur, lui-même pompier volontaire. La Peugeot 206, donnée il y a un an, a été entièrement démontée : tableau de bord, sièges et moteur. Ce dernier a été enlevé pour que la voiture soit plus légère. Puis, il a fallu trouver une stratégie pour tout remonter rapidement afin de simuler une opération de désincarcération. En présence du colonel Vincent Allard, du capitaine Flavien Bregeon, chef de centre de la caserne de Dreux, et du lieutenant François Regnier, responsable de la formation, les élèves ont procédé au démontage de la voiture : portières, pare-brise, hayon, coffre et toit désassemblés rapidement et sans efforts permettent toutes les mises en situation requises par les formateurs. « Nous formons d’abord les gens aux secours à la personne, les techniques de découpe des véhicules viennent ensuite. Une fois la formation terminée, le véhicule n’était plus utilisable. C’est pourquoi, un véhicule démontable va nous être très utile », commentait le capitaine Flavien Bregeon. La solidarité a joué son rôle dans l’opération, la voiture a été donnée, la main d’œuvre était pédagogique « et pour la peinture, on a utilisé des produits que j’avais chez moi », confie Arnaud Rivet. Cette belle aventure devrait inciter les jeunes à découvrir des métiers porteurs qui ne trouvent pas grâce aux yeux des étudiants. « Nous avons du mal à recruter des élèves en carrosserie, les jeunes préfèrent la mécanique, c’est dommage puisque les carrossiers sont recherchés et mieux payés car moins nombreux », regrette Ellen Cordier, proviseure du lycée Courtois.

Annie Duval-Petrix

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire
Veuillez entrer votre nom ici