Pas de lingettes dans les toilettes

0

C’est un cri d’alarme lancé par l’Agglomération et les responsables de Suez qui sont contraints d’installer des dégrilleurs en amont de la station d’épuration pour recueillir ces déchets inappropriés qui bouchent les canalisations.

Il suffit d’aller visiter la station d’épuration de Dreux pour se rendre compte de la situation. A l’arrivée de la collecte des eaux usées, une première machine récolte les plus gros déchets jetés dans les toilettes : amas de lingettes, couches-culottes, serviettes périodiques, jouets miniatures, seringues, armes, cotons-tiges, cotons à démaquiller, serpillières… la liste est longue et non-exhaustive. « Les lingettes, dites biodégradables, ne le sont pas. Elles forment des amas qui finissent par bloquer les pompes de relevage des eaux usées. Cela occasionne de nombreuses interventions et des heures de travail », explique Pascal Provendier, responsable du secteur de Dreux pour le groupe Suez. « L’Agglomération du Pays de Dreux et le groupe Suez gèrent quotidiennement 319,4 Km de réseaux de collecte des eaux usées et 201,6 Km de réseaux des eaux pluviales. Depuis quelques années, les interventions sur les réseaux se multiplient. Lors du débouchage, la présence de lingettes est constatée en permanence. L’utilisation de ces lingettes a doublé en dix ans », constate Alain Fillon, vice-président de l’Agglomération en charge de l’eau et de l’assainissement. Pour pallier à ces désagréments, l’Agglomération installe des dégrilleurs en amont de la station. Deux sont installés à Vernouillet, un à Abondant, un quatrième a été installé en juillet dernier à Tréon. « Le dégrilleur est muni d’une grille qui bloque et récupère les lingettes et autres objets, un râteau les fait remonter à la surface avant de les éjecter. Elles sont ensuite compressées dans une poubelle qui est vidée chaque semaine. Les déchets, ainsi récupérés, sont envoyés à l’incinérateur de Mainvillers », explique Pascal Provendier. Faute de pouvoir agir sur le comportement des usagers, l’Agglo investit sur l’avenir en intervenant dans les écoles par le biais du programme Mikad’Eaux et poursuit ses installations. « A Tréon, le dégrilleur a coûté 29.000€. L’an prochain, nous avons prévu d’en installer un beaucoup plus grand en amont de la station d’épuration de Dreux », explique Alain Fillon qui comme Christian Berthellier, maire de Tréon, précise « le coût de ces installations est facturé à l’Agglomération qui doit le répercuter. L’assainissement est financé par le biais d’une redevance sur le prix du m3 d’eau traitée». L’Agglomération et le groupe Suez lancent une campagne de communication et d’information. Lingettes, protections périodiques, vêtements, cigarettes, emballages, préservatifs, détritus…. à la poubelle. Huiles de friture et de moteur, produits toxiques en déchetterie.

A.D.-P.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire
Veuillez entrer votre nom ici