Le festival Ecofilm est de retour

0

Le festival Ecofilm se tiendra à Vernouillet le 22 janvier, à 19h30 avec la projection du film Terres nucléaires, une histoire du plutonium, suivie d’un débat avec le réalisateur Kenichi Watanabe.

Le festival Ecofilm de Vernouillet propose une séance grand public, le 22 janvier, et des projections destinées aux seniors et aux scolaires. En 2018, Ecofilm a réuni 1702 personnes (scolaires inclus). La séance du 22 janvier abordera le sujet du plutonium. « Avec le plutonium, l’Homme a cru pouvoir maîtriser la matière… » confie le réalisateur Kenichi Watanabe qui s’est rendu dans trois lieux dominés par des sites nucléaires dans trois pays sur trois terres devenues interdites : La Hague en France, Hanford aux USA et Rokkasho au Japon. « Trois sites, trois visages, trois étapes dans l’espace et le temps. Mais curieusement des points communs existent entre eux : un paysage désolé de landes et de rochers, un climat dur pour l’Homme, une nature sauvage, un environnement austère et… d’immenses installations nucléaires destinées à la production de plutonium ». Nourri d’archives, ce documentaire retrace l’aventure du plutonium et de ses usages, en révèle les enjeux scientifiques, industriels et géopolitiques et s’interroge sur le passage du nucléaire militaire au nucléaire civil. Le réalisateur Kenichi Watanabe est né en 1951 au Japon. On lui doit La face cachée de Hiroshima (2011) documentaire de 90’’ (France 3) et Le monde après Fukushima (2012), un documentaire de 77’’ (Arte).

Un programme a été sélectionné pour les scolaires : Zoo, arche ou prison ? Un documentaire d’Adeline Bigorne réalisé en 2014 (France). Après cinq années de fermeture, deux ans et demi de travaux et un investissement de 167 millions d’euros, le parc zoologique de Vincennes ouvre de nouveau ses portes. Ce zoo « de nouvelle génération » met en avant le bien-être des animaux, une nouvelle pédagogie pour sensibiliser le public et un engagement en faveur des espèces menacées. Mais ces aménagements et ces programmes sont-ils efficaces ? L’intention de la réalisatrice est de lancer une réflexion sur les différentes problématiques abordées et de permettre à chacun de se faire sa propre opinion. Pour les élèves de primaire des écoles de Vernouillet et les élèves de l’IME Bois-du-Seigneur, des séances à l’Agora, du 21 au 25 janvier pour voir La tortue rouge, un film d’animation de Michael Dudok de Wit, réalisé en 2016 et dure 80 minutes (France-Belgique-Japon). À travers l’histoire d’un naufragé sur une île déserte tropicale peuplée de tortues, de crabes et d’oiseaux, La Tortue Rouge raconte les grandes étapes de la vie d’un être humain. (Pour les collèges de Nicolas Robert et Marcel Pagnol et le lycée Maurice Viollette).

Le documentaire Bien eau contraire, de François Loustalot, est réalisé en 2012 et dure 44 minutes (France). L’histoire d’un conflit paysan qui touche tout le vivant, d’un choix politique, d’un legs à nos enfants. « Qu’est-ce qu’ils croient les gens, qu’un agriculteur n’aime pas la terre ? » Lorsque chacun se bat pour vivre de son activité, le caractère commun de l’eau tend à s’effacer. Ensuite, Laisse la plage, un documentaire de Sandra Léon, réalisé en 2016 et dure 26 minutes (France). La chenille processionnaire du pin, un documentaire de Vincent Amouroux, réalisé en 2013 et dure 52 minutes (France). Le prédateur prédaté est une docu-fiction de Thiphaine Hertault Lacoste, réalisé en 2016 (France).

A.D-P.

Toutes les séances sont gratuites.
Renseignements tel : 02.37.62.80.79.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire
Veuillez entrer votre nom ici