Le jumelage Dreux-Almeirim au cœur de la Saint-Denis

0

Depuis le samedi 6 octobre, la Ville de Dreux a une nouvelle ville jumelle. Le pacte de jumelage avec la ville portugaise d’Almeirim a été signé entre Gérard Hamel, maire de Dreux, et Pedro Miguel Ribeiro, président du conseil municipal d’Almeirim.

Almeirim est une ville au centre-est du Portugal, dans le district de Santarém. Elle compte un peu plus de 23.000 habitants. Depuis près d’une vingtaine d’années, elle entretient avec Dreux des relations amicales par le biais d’échanges de manifestations sportives et culturelles. A l’occasion de la 839ème édition de la Saint-Denis, le pacte de jumelage a été signé en compagnie de Louis Morée, président du comité de jumelage et de José-Mario Fonseca, président de l’association portugaise. La fête avait commencé vendredi avec le lancement de la braderie. Samedi, après la signature, de nombreuses animations de rue ont émaillé la journée pour le plus grand plaisir du public nombreux. La fête des vendanges et la nomination des Messiers Garde-vignes ont récolté leur lot d’applaudissements ponctués par les pousseurs de vents et les tambours portugais. C’est Christophe Le Dorven, adjoint au maire chargé de la culture, qui a intronisé les Messiers garde-vignes. Pedro Miguel Ribeiro, Eurico Henriques, son conseiller municipal chargé du patrimoine et des jumelages, José-Mario Fonseca, Tiago Galao, membre de la confrérie gastronomique d’Almeirim, Annie Riant, membre de l’association Flora Gallica et Annick Fillon ont reçu les armes dédiées à leur fonction et un diplôme des mains de François Fillon, président de Flora Gallica. Le marché gastronomique, celui des concessionnaires automobiles et les animations se sont poursuivies jusqu’au dîner servi au Parc des Expositions. La Saint-Denis est une fête commerciale, même si on ne fait plus provisions de linge de maison, de vaisselle et de vêtements à l’approche de l’hiver comme autrefois. « Le samedi était une réussite. Les commerçants qui ont joué le jeu ont pour la plupart très bien travaillé. Le dimanche a été plus problématique. La météo maussade a découragé certains exposants et le public n’était pas au rendez-vous. Il faudra réfléchir et peut-être modifier les jours de la Saint-Denis pour mieux coller à l’évolution des habitudes des consommateurs et du marché », explique Florence Archambaudière, conseillère municipale en charge des foires, des marchés du commerce et de l’artisanat.

Annie Duval-Petrix

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire
Veuillez entrer votre nom ici