Le Pass Linéad Plus incite collégiens et lycéens à la mobilité

0

En ajoutant 15€ au montant de la somme due pour leur carte de transport scolaire, les collégiens et lycéens de l’agglomération auront accès à tous les transports urbains autant de fois qu’ils le souhaiteront.

L’Agglomération du Pays de Dreux a pris la compétence transport pour être au plus proche de ses usagers. Depuis la signature de la délégation publique à l’entreprise Kéolis, Jacques Lemare, vice-président de l’Agglomération en charge des transports, avait deux souhaits en tête : la navette gratuite dans les rues de la ville de Dreux et faire en sorte que les jeunes de l’agglomération qui empruntent les transports scolaires puissent utiliser les bus dans la zone urbaine autant de fois qu’ils le souhaitent pendant l’année scolaire, hors grandes vacances, sans leur imposer un surcoût phénoménal. En négociateur averti, le vice-président de l’Agglomération a réussi à obtenir ces deux services dans le package de la délégation publique. Alors comment obtient-on ce Pass ? « A partir du 1er juin, les parents vont inscrire leurs enfants pour obtenir la carte de transport avant la rentrée. Ils devront se rendre à la maison de la mobilité près de la gare au bureau de Linéad pour financer les 15€ supplémentaires. On leur reprendra leur carte scolaire pour une nouvelle Pass Plus. Les parents qui le souhaitent pourront le faire par internet mais devront se déplacer pour aller la chercher », explique Jacques Lemare. « Ce dispositif, je l’avais en tête depuis janvier 2016, lorsque nous avons signé la délégation de service publique avec Keolis. Je voulais donner aux enfants plus de liberté pour se déplacer sur le territoire pour leurs activités. Actuellement, le tarif pour un trajet aller est de 1,30€ avec la carte Pass Plus ce sera entièrement gratuit. J’y vois plusieurs avantages : donner le goût aux jeunes de prendre les transports en commun et les parents peuvent être rassurés du fait que les enfants utilisent les transports publics plutôt que le scooter du copain », ajoute le vice-président. Toutes les solutions imaginables ont été étudiées. « Il fallait savoir si nous allions pouvoir supporter un afflux de nouveaux clients. L’étude menée a prouvé que nous étions en capacité de le faire. Une deuxième étude portait sur le coût. Cela ne devait rien coûter à l’Agglomération. C’était ma mission. On va utiliser la capacité des bus actuelle pour rendre ce service à la population », affirme Jacques Lemare.

Annie Duval-Petrix

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire
Veuillez entrer votre nom ici