Le permis M initie les jeunes à la conduite des deux roues

0

Le Centre de Loisirs des Jeunes (CLJ), encadré par la police nationale, accueillait cet été vingt-huit garçons et filles de 12 à 17 ans. Le thème de cette année : la sécurité routière sur les deux roues. Une action menée par l’État avec détermination pour endiguer une mode des rodéos très locale.

Thibault, Baccari et Ugo terminent leurs vacances d’une manière inattendue. Après avoir participé aux activités du Centre de Loisirs des Jeunes, ils se sont vu offrir une formation pour obtenir le brevet de sécurité routière sur les pistes du Centre de Formation Blanchard (CFB). « Depuis le 18 juillet, les jeunes ont participé à de nombreux ateliers autour de la sécurité routière sur les conséquences de l’alcool et des stupéfiants au volant. Ils ont eu droit à un simulateur de conduite d’un deux roues, ont été mis en situation réelle de rouler en ville avec des obstacles et ont pu juger de la nécessité d’une concentration maximum et d’un équipement moto obligatoire », explique Valentin Brachet, le directeur du centre de loisirs. Stéphanie Ballu, vice-présidente du CLJ, Olivier Aubry, commissaire de police de Dreux, et Wassim Kamel, sous-préfet de l’arrondissement de Dreux accompagnaient les trois jeunes garçons pour cette première édition d’une opération qui s’inscrit dans le temps. « Les vingt-huit filles et garçons auront droit à cette formation au fil du temps, dès qu’ils auront atteint l’âge de 14 ans. C’est un vrai diplôme. Cette opération va dans le sens de la volonté de la préfète d’Eure-et-Loir, Sophie Brocas, pour lutter contre les rodéos et endiguer le nombre de morts sur les routes du département. L’État l’a dit, l’État l’a fait », expliquait le sous-préfet tout en saluant la réactivité de Romain Blanchard, patron du CFB pour « avoir mis sur pied l’accueil de ces jeunes en un temps record ». C’est Julien, formateur au CFB, qui est en charge de former ces jeunes au brevet de sécurité routière. « On va commencer par un peu de théorie, puis les jeunes bénéficieront de quatre heures en circulation d’abord hors agglomération, puis ils seront amenés à rouler dans les rues de Dreux, reliés par radio jusqu’à l’assurance de leur parfaite autonomie », expliquait le formateur. « Le permis M en poche, ces jeunes devraient devenir les ambassadeurs de la bonne conduite auprès de leur entourage », espère Wassim Kamel.
A.D.-P.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire
Veuillez entrer votre nom ici