Rencontre avec Chantal Deseyne, sénatrice d’Eure-et-Loir

0

Pourquoi avez-vous décidé d’ouvrir une permanence à Dreux ?

Je l’ai ouverte depuis la mi-février pour plus de visibilité mais aussi parce que le travail du sénateur est moins connu que celui du député. Il faut que les gens se familiarisent avec le lieu et identifient le sénateur pour venir lui demander conseils sur leurs projets ou sur des questions institutionnelles.

Que pensez-vous de la baisse des dotations de l’Etat aux communes ?

Pour les élus des petites communes c’est compliqué car les baisses de dotations se poursuivent même s’il y a eu une légère augmentation de l’enveloppe. En tout cas, il n’y a pas eu de revalorisation. Les maires reprochent l’empilement des normes et des contraintes qui complique leur travail face aux arcanes de l’administration notamment pour les fermetures de classes. Heureusement, l’inspection académique a revu sa copie et a entendu les élus dont je fais partie. A chaque élection, nous assistons à près de 40 % de renouvellement des élus.

Et la réforme constitutionnelle voulue par Emmanuel Macron ?

Il n’y a pas d’opposition systématique de notre part. Certaines choses ne font pas débat, comme le fait que les anciens Présidents de la République ne soient pas de droit membres du conseil constitutionnel et que la cour de justice de la République soit supprimée. Par contre, des points bloquent : la réduction du nombre de parlementaires, la représentativité des territoires et puis, éventuellement car ce n’est encore passé en conseil des ministres, les pouvoirs que s’octroierait le gouvernement sur le parlement. Le gouvernement veut pouvoir déclarer irrecevables certains amendements déposés par les parlementaires. Qu’on révise le nombre de parlementaires, ce n’est pas très grave mais il faut savoir comment les territoires seront représentés. Il faut un sénateur et un député par département pour qu’il n’y ait pas de territoires oubliés. Est-ce qu’un territoire moins peuplé doit avoir moins de représentation et moins de visibilité qu’une métropole ou un territoire urbain ? Cela aggraverait le sentiment d’abandon. Le gouvernement cherche à vider la raison d’être du parlement. On vit mal le passage en force des mesures gouvernementales. Certaines propositions du sénat sont retoquées par l’assemblée nationale pour être reprises ensuite par le gouvernement.

Vous travaillez sur quels dossiers actuellement ?

Je fais partie de deux missions : la première sur les mineurs délinquants enfermés en centres de détention ou en centres de placement et la deuxième sur l’agriculture et l’alimentation.

Que pensez-vous des dernières élections départementales ?

J’ai trouvé regrettable la façon dont s’est passée l’élection du président. Cela ne donne pas une bonne image de notre département.

A propos des prochaines élections européennes ?

Les Républicains n’ont pas de chef de file. J’espère simplement qu’il n’y aura pas de rapprochement ni de listes communes avec le FN. J’attends de voir ce que Laurent Wauquiez va faire. J’aimerais pouvoir lui faire confiance. Les semaines et les mois à venir seront décisifs.

Propos recueillis par A.D.-P.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire
Veuillez entrer votre nom ici