Se servir de la marque pour susciter des vocations

0

Le Groupe Berteaux et BMW France signent un partenariat avec le lycée professionnel Gilbert-Courtois de Dreux. Une première pour tirer les jeunes vers le haut et les amener vers des métiers d’avenir en se servant de la marque pour susciter des vocations.

C’est l’idée de Gilbert Berteaux, fondateur du Groupe Berteaux, qui a embauché près de deux cents collaborateurs dont plusieurs élèves et stagiaires du lycée Courtois, mais aussi d’anciens élèves qui y font carrière. Ellen Cordier, proviseur du lycée Courtois, était venue en compagnie de José Concalves, responsable de la formation et de Yannick Foucard, son gestionnaire comptable, pour rencontrer Stéphane Emeraud, responsable des qualités techniques au centre de formation BMW, et Maud Patrigeon, coordinatrice administrative. La rencontre avait lieu dans la nouvelle concession BMW de Vernouillet en compagnie de Gilbert Berteaux. Un moment plein d’émotion puisque Stéphane Emeraud a débuté comme apprenti chez Gilbert Berteaux. « J’ai grandi grâce à ce monsieur », confiait-il en désignant son ancien patron très ému de cet hommage mais aussi très fier de pouvoir offrir un avenir à des jeunes dans la profession qu’il affectionne et défend passionnément. L’objectif de la rencontre est de mettre en place un partenariat entre le lycée professionnel, le Groupe Berteaux et BMW France. « Il faut montrer aux jeunes de beaux métiers, désormais on travaille dans l’excellence. On ne dit plus un mécanicien mais un technicien. On travaille avec des gants dans des ateliers clairs et spacieux qui n’ont plus rien à voir avec les garages d’autrefois noircis par le cambouis », rappelait Gilbert Berteaux. « C’est important de leur montrer que l’excellence c’est aussi pour eux et ce n’est pas parce qu’ils sont à Dreux qu’ils n’y ont pas droit. On le voit bien quand on fait le challenge BMW, un concours mis en place par BMW. Nous avons fini à la 7e place l’an dernier », indiquait Ellen Cordier qui avoue avoir du mal à remplir la section carrosserie. « Nous avons une vingtaine d’élèves en carrosserie et une soixantaine en maintenance de véhicules. Les jeunes ont plutôt des impressions négatives sur ces débouchés. Mais quand on leur parle de BMW ils ont des étoiles dans les yeux ». On a déjà des référentiels bien structurés. Il faut voir comment insérer des formations spécifiques à BMW et mettre en place une attestation spécifique à la marque. « Nous avons besoin de former des jeunes. Le réseau a besoin de 400 techniciens d’ici 2020 », indiquait Stéphane Emeraud. Le centre de formation BMW assure les formations post bac et post BTS, de nombreuses évolutions de carrières sont possibles. Mais pour l’heure on cherche à former et attirer les jeunes vers le haut dès le lycée. « Nous allons convaincre les responsables de BMW à Munich de céder à la demande de prêt de voitures et de pièces détachées pour que les jeunes puissent se familiariser dès l’apprentissage avec la marque tout comme les esthéticiennes travaillent avec des marques de laboratoires cosmétiques. Apporter un plus dans la formation avec, par exemple, un prêt de véhicule à la concession Berteaux avec le technicien qui va avec et une formation sur la mise en sécurité d’un véhicule hybride BMW soldée par un diplôme », proposaient les responsables. A l’heure des inscriptions et des décisions d’orientations professionnelles, il est bon d’aller à la découverte de nouveaux débouchés et de nouvelles technologies.

A.D.-P.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire
Veuillez entrer votre nom ici