Seize terrains à bâtir en vente aux Rochelles

0

C’est la dernière phase du vaste chantier de rénovation urbaine, mise en route il y a dix ans dans le quartier des Rochelles. Un lotissement de seize lots à TVA réduite est en phase de commercialisation. Une belle opportunité pour les primo-accédants de l’Agglomération.

Gérard Hamel, maire de Dreux, Jean-Michel Poisson, adjoint au maire en charge de la maison de l’Habitat, et Pierre-Frédéric Billet, son directeur, s’étaient donnés rendez-vous le 16 février, au coin de la rue de Nuisement et du boulevard de Juillet, pour lancer la commercialisation des seize derniers terrains à bâtir disponibles dans le quartier. « Ces lots sont commercialisés depuis hier. Ils varient de 293 à 340 m2 pour un prix allant de 34.000 € à 55.000 €. Trois sont déjà réservés », expliquait Pierre-Frédéric Billet. « J’espère que ces terrains profiteront aux drouais ou aux personnes qui ont un emploi dans les Yvelines », remarquait Gérard Hamel. Pour se porter acquéreur, dans cette zone ANRU qui bénéficie d’une TVA à 5,5% sur le foncier et sur le bâti, les ménages doivent répondre à certains critères, en faire leur domicile principal et s’engager à rester au moins dix ans dans le logement pour éviter les taxes sur les plus-values. « Le quartier a subi une profonde transformation, il répond désormais à la mixité souhaitée par l’ANRU avec la construction de logements locatifs, d’accession sociale à la propriété et de lotissements libres. Les logements locatifs en cours de construction pour l’OPAC et la Roseraie seront livrés fin 2017. Situé à dix minutes à pied de la gare, avec des équipements publics aménagés, un gymnase, des écoles et un centre commercial proche, le quartier est devenu attractif », estime le maire. En dix ans, ce quartier aura été complètement reconstruit, à un taux d’une construction pour une démolition. « On a résolu les problèmes de voisinage, de stationnement, il n’y a plus de délinquance de voie publique, mais il y a toujours le problème des différents trafics. Ça c’est du ressort de l’Etat. Le problème majeur reste celui de l’emploi », constate Gérard Hamel.
A.D.-P.
Contact : SPL Maison de l’Habitat, Mathilde Le Marre, Tel : 02.37.38.55.00.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire
Veuillez entrer votre nom ici