Le soldat Maurice Hervieu à l’honneur

0

La tombe du soldat Maurice Hervieu, restaurée par les associations Le souvenir Français et l’Association Française des Collectionneurs de Véhicules Militaires (AFCVM), a été inaugurée, dimanche 17 mars, à l’occasion d’une cérémonie.

« En 2014, alors que nous recherchions la sépulture d’un pilote de chasse anglais dont l’avion avait été abattu, en été 1944, nous avons découvert dans le cimetière de Montigny-sur-Avre, la tombe de Maurice Hervieu, soldat de la Première Guerre Mondiale. Cette sépulture se trouvait à l’abandon et complètement dégradée. Sa réhabilitation a été entreprise par le Souvenir Français. L’AFCVM s’est chargée de la réalisation et du financement d’une nouvelle plaque mortuaire identique à la précédente », indiquait Michel Merkel, historien membre de l’AFCVM. « Maurice, Jean, Noël Hervieu est né le 23 novembre 1886 à l’Hosmes à 10 km de Montigny-sur-Avre. Il est cultivateur. Après 2 ans de service militaire, du 7 octobre 1907 au 25 septembre 1909, il est mobilisé dès le 3 août 1914 dans le 101e Régiment d’Infanterie de Dreux sous le matricule 9204. La guerre dure et en fonction des pertes, on reconstitue les régiments, aussi va-t-il successivement rejoindre le 115e, le 154e et le 408e. Il va combattre en 1914 dans la bataille des Frontières, en 1915 sur l’offensive de Champagne, en 1916 à Verdun, en 1917 sur le Chemin des Dames et en 1918 à la dernière et décisive bataille de la Marne. Il décède le 17 mars 1919 à Montigny-sur-Avre, au hameau du Grand Sault, à 32 ans, d’une maladie contractée au front. Il n’a pas eu de descendance. Son nom est inscrit sur le monument aux morts du village avec les 13 autres montignois tombés pendant le conflit de 1914-1918 », rappelait l’historien. La cérémonie se déroulait en présence de Jean-Claude Bouchon, président du Souvenir Français, Michel Argence, président de l’AFCVM, Gérard Palais, président de la section des anciens parachutistes de Dreux, et Claude Gaine, président du comité d’entente des associations patriotiques de Dreux.

Annie Duval-Petrix

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire
Veuillez entrer votre nom ici