APIdays® à Dreux et Vert-en-Drouais

0

Des ruches municipales ont été installées à Dreux dans les jardins du musée des vignerons et à Vert-en-Drouais dans le pré derrière l’église. Les élus ont signé la charte du programme national Abeille, Sentinelle de l’environnement.

Les APIdays® sont les journées nationales du programme Abeille, Sentinelle de l’environnement. Elles ont lieu en juin dans 90 villes de France. Cette année, la Ville de Dreux et la commune de Vert-en-Drouais avaient choisi le 7 juin pour implanter sur le territoire deux ruchers de trois ruches. A Dreux, après une visite des élèves de l’école Marcelin Berthelot à l’exposition proposée dans la cour du musée, par les membres de l’UNAF (Union Nationale de l’Apiculture Française), Josette Philippe, adjointe au maire chargée de la jeunesse, Dominique Céna, secrétaire général adjoint de l’UNAF, Denis Le Page, apiculteur en charge des ruches, et Florent Chaudot, chef de service air climat énergie à l’Agglomération du Pays de Dreux, ont inauguré les ruches installées sur les hauteurs du musée tout près du futur parc des Bâtes. L’élue a ensuite rappelé les actions menées par la municipalité pour préserver la richesse de son environnement comme l’éco-pâturage ou l’implantation de ces ruches. « Le développement durable doit concerner l’ensemble des services de la ville, en particulier celui des espaces verts. Préserver la biodiversité, c’est garantir la symbiose de notre environnement direct. De nombreuses mesures ont été prises en ce sens. Les jardiniers de la ville y ont beaucoup travaillé. La ville est désormais capitale de la biodiversité », indiquait Josette Philippe. A Vert-en-Drouais, Evelyne Delaplace, entourée de membres de son conseil municipal, des représentants de l’UNAF, de personnels de l’agglomération et de Chantal Deseyne, sénatrice d’Eure-et-Loir, a salué l’arrivée de ses trois ruches et de leurs habitantes. « Depuis 2015, la commune a multiplié les projets respectueux de la nature avec la signature de la charte objectif zéro pesticide. En 2017, l’installation de maraichage bio sur 4,5 ha de Delphine Gastelais et culture d’herbes médicinales sur 3000 m2 d’Aurélie Francisco, sans oublier l’installation de vaches Pie de Bretagne de la famille Lesniak. Nous travaillons à la protection des captages d’eau, des nappes phréatiques, nous avons un potager partagé et encourageons la participation des écoliers et de leurs enseignants à des concours sur l’écologie. Nous œuvrons à la prise de conscience de préserver l’environnement », détaillait Evelyne Delaplace. L’implantation d’un rucher coûte 14.400 €, l’opération est financée à 80% par la Région Centre-Val de Loire et 20% par la commune. L’Agglomération s’est chargée de l’assistance et du montage financier. « Dans ce plan triennal, la région a débloqué une enveloppe pour trois implantations, nous sommes en recherche pour la troisième », explique Florent Chaudot. L’apiculteur Denis Le Page s’occupera des abeilles euréliennes pendant trois ans. Il faudra ensuite prendre la relève, mais la formation d’apiculteur n’est pas prise en charge dans le plan. Les deux inaugurations se sont achevées par la signature de la charte Abeille sentinelle de l’environnement. Dès le mois de septembre, si le temps le permet, le premier miel pourra être récolté. « Ce miel communal sera destiné aux animations du village et fera le plaisir des petits et grands ».

Annie Duval-Petrix

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire
Veuillez entrer votre nom ici