Les opposants au projet de méthanisation ne désarment pas

0

L’association Namap (Non à la méthanisation à Prey) s’oppose depuis l’origine au projet d’usine de méthanisation. Elle a organisé vendredi une réunion pour détailler les raisons de son opposition.

Devant une assistance comptant une quarantaine de personnes, les dirigeants ont énuméré les inconvénients et ce qu’ils estiment être des dangers pour les riverains du méthaniseur.  Laurent Vanneste, un adhérent de Namap, s’est livré à une attaque en règle contre ce projet porté par trois agriculteurs du secteur. « C’est décrit comme un projet écologique, alors que c’est un investissement industriel. Notre volonté première est de le repousser des abords du village. Nous n’avons rien inventé et nos arguments sont vérifiables » a commencé Laurent Vanneste. Il a évoqué « l’étude de danger qui a été faite mais qui ne protège rien, la composition du digestat, une sorte de boue ammoniaquée qui sera répandue par épandage dans les champs alentour, les dangers des gaz dont certains sont toxiques, avec des risques multiples d’irritation des yeux, des muqueuses, et pouvant entraîner des pertes de connaissance, des cancers… ». Il a parlé « des dangers de fuites, des odeurs, de la dégradation des routes avec le passage des engins, l’absence d’intérêt financier pour la commune, de la baisse du prix de l’immobilier alentour ». Paul Martin, un des promoteurs du projet, était présent à la réunion et a brièvement répondu au flot de critiques. « Nous sommes sur un procédé biologique et rien d’autre. Je parle avec Namap depuis décembre dernier et nous avons déjà tenu compte des demandes de l’association, notamment en reculant le projet par rapport à son emplacement initial. Il y aura une consultation publique pour que les choses soient mieux comprises » a-t-il promis. Stéphane Bruneaux, président de Namap, a regretté que l’assistance ne soit pas plus fournie. Il a invité les participants à adhérer à l’association. « Rien n’est perdu mais il faut que nous soyons plus nombreux qu’aujourd’hui pour nous faire entendre et peser contre cette implantation ».

M Ta Ville

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire
Veuillez entrer votre nom ici