Les membres du club aéronautique veulent partager leur passion

0

Le Club Aéronautique de Saint-André-de-l’Eure (CASA) prépare ses portes ouvertes, les 25 et 26 mai. Un grand rendez-vous qui permet aux nombreux visiteurs de découvrir la flotte du club, et de faire un baptême de l’air.

Le CASA, c’est une très longue histoire. L’aérodrome de Saint-André-de-l’Eure existait avant la Seconde Guerre Mondiale mais c’est durant ce conflit que les allemands y construisirent deux pistes en dur, d’une longueur de 1 600 mètres. Pour les réaliser, ils avaient coulé des blocs de béton sur les champs du plateau andrésien. Les américains ont bombardé les pistes mais l’aérodrome a été repris par l’aviation civile après la guerre. C’est Raoul Moriceau, un instructeur de l’aéro-club d’Evreux, qui eut l’idée de créer une section à Saint-André-de-l’Eure en 1957, vivement encouragé par Raymond Lhériau, maire de la ville et constructeur de son propre appareil, un « Jodel ». Le CASA sera effectivement créé en 1960 et il n’a jamais cessé de prospérer. Le club a compté jusqu’à 180 pilotes et après une certaine érosion au fil des ans, il compte aujourd’hui 135 membres, dont seulement deux femmes. « Les effectifs sont repartis à la hausse depuis deux ans, et cette année, nous avons dispensé 798 heures d’instruction, sur 1 716 heures de vol, avec notre flotte qui compte 7 appareils » précise Alain Lemeunier, le président du CASA. Il n’y a pas de projets d’acquisition de nouveaux appareils, dont le prix est prohibitif. « Nous préférons remettre à neuf nos avions, en particulier nos DR 400, les plus grands, en les envoyant par rotation dans une société spécialisée de Cosne-sur-Loire. On refait au moins trois avions pour le prix d’un neuf, tout en les modernisant. Ce choix permet aussi aux jeunes d’apprendre à piloter pour un prix modeste » assure le président. Les jeunes ont toute leur place au CASA et depuis une dizaine d’années, le club accueille des lycéens d’Evreux, de Vernon, et des collégiens de Bû. Sur la quarantaine d’apprentis pilotes, 95 % d’entre eux au moins valident leur brevet de base, ce qui leur ouvre la porte à la préparation du brevet de pilote privé (BBP).
Le club a la réputation d’être bon formateur et parmi ses anciens élèves, certains sont pilotes sur Air France ; un autre pilote un Rafale ! Depuis le début des années 80, pour se faire connaître, le CASA a organisé de nombreux meetings et des rassemblements d’avions. En 1988, c’est un tour de force qui est réalisé par le club, qui réussit à acheter deux vols sur le Concorde, vendus au prix coutant à 200 personnes résidant dans le secteur et qui survoleront la région en supersonique. Les meetings étant coûteux et compliqués à organiser, le club organise depuis plusieurs années des opérations portes ouvertes qui se taillent un franc succès.
« Ce sont des animations qui sont très populaires et nos baptêmes de l’air sont pris d’assaut. Parfois critiques par rapport à notre activité, les gens changent d’avis lorsqu’ils ont fait un petit tour dans les airs. Cela gomme un peu l’image un peu trop élitiste que nous avons à l’extérieur » souligne Alain Lemeunier.

M Ta Ville

Opération portes ouvertes

« Des hommes et des ailes » au CASA. Samedi 25 et dimanche 26 mai, de 10 h à 18 h. Baptêmes de l’air, 4 simulateurs de vol,
reconstitution historique avec le 78th Memory
group d’Anet, expositions, animations. Entrée libre

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire
Veuillez entrer votre nom ici