Otium ouvrira en 2020 sur l’ex-terrain Delisle

0

L’usine à loisirs s’appellera Otium (le temps des loisirs en latin). On y trouvera un hôtel, cinq restaurants, une patinoire, un bowling, un karting et huit salles de cinéma.

« Le 3 juillet est un grand jour pour moi. On arrive après trois ans de collaboration à la signature de la vente à la société BDM représentée par André Desrosiers et sa fille Alexandra, du terrain de 6,5 hectares sur le site Delisle », indiquait Gérard Hamel, maire de Dreux. Le centre de loisirs sera baptisé Otium. Il comprendra un pôle restauration et un pôle loisirs sur un ensemble couvert de 27 000 m2. « Le projet générera 300 emplois, il sera doté de 800 places de parking. La plupart des enseignes de restauration qui s’y installeront frappent à la porte de Dreux », explique Pierre-Frédéric Billet, directeur de la Maison de l’Habitat. « Nous avons acheté un terrain qui jouxte le site pour y créer une piste de BMX et un Pump track (piste de bosses) qui servira aux jeunes mais aussi aux sportifs de la Fédération Française de cyclisme, expliquait Gérard Hamel. Nous avons le plus fort taux de jeunesse de la région. Notre but est de créer un lieu de distraction pour la garder sur place ». Plusieurs projets sont avancés. La première construction concerne un hôtel 3 étoiles de 60 chambres. Viendra ensuite, l’installation de cinq restaurants à thème. « Un Burger King, Léon de Bruxelles, Memphis Coffee, Au Bureau et un restaurant théâtre, non franchisé, détaillait André Desrosiers. L’usine à loisirs de Dammarie-Les-Lys accueille aujourd’hui 3 600 000 visiteurs par an. A Dreux, on en espère 2 millions ». La partie loisirs sera close et couverte d’ici la fin de l’année. Les premiers occupants s’y installeront dès le premier trimestre 2020. « Bowling, Laser Game, plaine de jeux pour enfants, salle de fitness et quatre terrains de football à cinq indoor y seront réalisés. La surface restante accueillerait une piste de Karting. Convaincu qu’avec la zone de chalandise des 100 000 habitants de l’agglomération drouaise « identique à celle de Dammarie-Les-Lys. Plus les gens venant d’Evreux et d’ailleurs, on joue une carte gagnant-gagnant », explique le promoteur qui investira 25 à 30 millions dans le projet. Des équipements publics viendront enrichir l’offre dont une patinoire estimée à 4 millions d’euros. Un projet soutenu par le maire qui pense que son financement ne posera pas de problème : « avec 300 000 € de rentrées fiscales supplémentaires, on peut financer un déficit de 250 000 € dans une ville dont le budget dégage 5 à 6 millions d’excédent brut. La patinoire générera trois activités : le sport avec le hockey, la culture avec la danse artistique et le loisir ». Le problème du complexe cinématographique a été soulevé. « Si l’exploitant du CinéCentre ne veut pas jouer le jeu, c’est son problème mais on lui a laissé la possibilité de s’installer. Il y aura huit salles de cinéma », concluait André Desrosiers. La pose de la première pierre est prévue vendredi 12 juillet en présence des responsables des enseignes.

Annie Duval-Petrix

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire
Veuillez entrer votre nom ici