Une réserve communale de sécurité civile à Charpont

0

Charpont est la première commune de l’Agglomération du Pays de Dreux à avoir voté en conseil municipal l’instauration d’une réserve communale de sécurité civile. Une dizaine de volontaires ont été recensés.

Le vendredi 6 juin restera un jour particulier pour la commune de Charpont. Wassim Kamel, sous-préfet de l’arrondissement de Dreux, et Gérard Hamel, président de l’Agglomération, assistaient à la mise en place officielle de la réserve communale de sécurité civile du village. A l’initiative de Dominique De Vos, maire de la commune, et de son conseil avec l’appui de Juan Carlos Garcia-Mora, président de la Fédération Nationale des réserves communales de sécurité civile, Charpont est la première commune de l’Agglomération à avoir un tel dispositif. « La réserve communale de sécurité civile est constituée de citoyens volontaires et bénévoles pouvant être mobilisés en appui des pouvoirs publics afin de prévenir et gérer les risques majeurs présents sur le territoire de la commune comme les inondations, la tempête et autres catastrophes, expliquait Juan Carlos Garcia-Mora. Ces volontaires bénévoles sont reconnus en tant qu’agents contractuels de la fonction publique à temps partiel ». Et Dominique De Vos de préciser : « La délibération du conseil municipal a été déposée en sous-préfecture le 22 janvier 2019. Une dizaine de volontaires ont été recrutés. Chacun a signé un acte officiel par lequel il s’engage, en cas de force majeure, à venir renforcer les capacités locales de gestion de crise. Les bénévoles n’ont pas besoin d’aptitudes particulières, il n’y a pas de limite d’âge, c’est simplement un engagement citoyen. Une formation sera dispensée le 30 octobre ». Gérard Hamel a salué l’élan citoyen et l’esprit d’entraide qui règne dans le village. « Cette décision nous montre le chemin à suivre. C’est une initiative qui renoue avec nos valeurs et traditions, en phase avec la modernité et l’évolution des risques ». « Les bénévoles de la réserve communale de sécurité civile sont formés, compétents et sécurisés parce qu’assurés par le biais de la collectivité. Ils sont aussi connectés », détaillait Wassim Kamel, espérant que prochainement les maires de communes situées au bord de la rivière suivront le même chemin.

Annie Duval-Petrix

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire
Veuillez entrer votre nom ici