Raphaël Tanguy : « J’ai créé mon propre salon de la BD pour ne pas avoir à faire des kilomètres ! »


Pour sa 22ème édition, le festival BD d’Évreux bravera cette année encore les restrictions sanitaires et tiendra le cap, tels des irréductibles gaulois. 
Professeur des écoles, organisateur du festival BD et fondateur des éditions Varou, Raphaël Tanguy a plus d’une corde à son arc. Il nous dévoile dans cette interview l’envers du décor d’un festival qui accueillera cette année une cinquantaine d’auteurs place de l’Hôtel de Ville.

M Ta Ville : 50 auteurs au programme, pouvez-vous nous en dire plus ?
Raphaël Tanguy : Nous accueillons cette année des auteurs uniquement franco-belges, une quinzaine de nouveaux et certains qui n’étaient pas venus depuis longtemps. Nous aurons davantage de BD humoristiques et plus de thématiques destinées aux enfants. En nouveauté, Christophe Cointault, mangaka nous fera l’honneur de sa présence.
 
M Ta Ville : Avez-vous prévu des animations durant le festival ?
Raphaël Tanguy : Oui, il y aura un conte dessiné animé par le scénariste Jérôme Félix, qui racontera une histoire que trois dessinateurs représenteront en reprenant des éléments de manière burlesque. Les enfants pourront participer à cette animation. Et bien sûr, la médiathèque organise le week-end manga.

M Ta Ville : Les visiteurs devront-ils prévoir un pass sanitaire pour accéder au festival ?
Raphaël Tanguy : Non, la place de la mairie et le square devant la médiathèque seront fermés par des grilles, il ne devra pas y avoir plus de 1000 personnes sur le festival en simultané. Le port du masque sera obligatoire ainsi que la désinfection des mains.

M Ta Ville : La BD pour vous, c’est un peu comme Obélix, vous êtes tombé dedans quand vous étiez tout petit ?
Raphaël Tanguy : Oui, je suis lecteur de BD depuis l’enfance. J’étais fan de Thorgal et de Conan le Barbare. Aujourd’hui j’aime la BD qui me divertit et me permet de m’évader : heroic fantasy, western, science-fiction... J’ai une belle collection d’albums chez moi… Cette passion s’est amplifiée à Caen où j’ai croisé Jacques Terpant qui dédicaçait son album « Pirates » à l’aquarelle. J’ai trouvé ça génial et je me suis dit que ce serait bien de faire venir des auteurs BD aux Bouquinistes de l’Iton. Ils sont venus à 3 puis à 5 puis à 10… et depuis on en accueilli jusqu’à 80 !

M Ta Ville : 22 éditions, vous ne vous lassez pas de l’organisation ?
Raphaël Tanguy : Non, ça fait 20 ans que je travaille dans l’associatif, j’ai commencé sous la direction de Pierre Parron et l’association l’Eure du Terroir jusqu’à il y a 6 ans avec la création des éditions Varou. Je reste motivé car le festival est un temps où je retrouve des auteurs qui sont devenus de bons amis. Et comme la BD me passionne mais que je ne veux pas faire de kilomètres pour de nouveaux albums, j’ai décidé de créer mon propre salon !

M Ta Ville : Quelles sont les nouveautés des éditions Varou ?
Raphaël Tanguy : Une adaptation de « Bibliomanie » de Gustave Flaubert, il s’agit de la première nouvelle qu’il a écrite à 16 ans, et c’est la seule BD labellisée « Flaubert 21 ». 



Aurélie Bourgeaux
30/06/2021