Vie locale

Dernier congrès de Gérard Hamel à la tête des maires d’Eure-et-Loir

Rédigé le 26/09/2019
Annie Duval-Petrix


Le maire de Dreux, Gérard Hamel, a présidé pour la dernière année le congrès des maires d’Eure-et-Loir à Dreux. La manifestation s’est déroulée en présence du président du Sénat, Gérard Larcher.

Le 63ème congrès des maires d’Eure-et-Loir s’est réuni, samedi 14 septembre à Dreux, autour du président de l’association des élus euréliens, Gérard Hamel, et son exceptionnel invité Gérard Larcher, président du Sénat. Le maire de Dreux célébrait sa 19ème et dernière année à la tête des maires d’Eure-et-Loir. « En cet instant précis, mes pensées vont à l’homme à qui je dois mon entrée dans l’action politique, il y a de cela 36 ans, comme simple conseiller municipal de Tremblay-les-Villages d’abord, puis comme conseiller régional, puis député et maire de Dreux. Cet homme, c’est le Docteur Martial Taugourdeau, ancien président du conseil général ». Gérard Hamel s’est dit fier du mandat de maire, « le plus beau et le plus noble de tous » avant revenir sur les difficultés vécues par les élus dans la jungle administrative : « une jungle où la moindre maladresse enterre votre projet et le moindre faux-pas peut carrément vous envoyer devant un tribunal ». Le maire de Dreux est revenu sur le phénomène d’agression verbale et physique auquel les élus locaux sont confrontés : « En 2018, 361 maires et adjoints ont été victimes d'agression en France. C'est 8 % de plus qu'en 2017 et 15 % de plus qu'en 2016. Ce n'est pas un problème de société que traduit cette violence mais bien une crise de la société ». Dans son discours, Gérard Hamel est revenu sur les problèmes budgétaires des communes causés par les choix du gouvernement : « Avec le remplacement de la taxe d'habitation pour une dotation de l'État et la perspective d'une réforme étatique de la taxe foncière, les signaux sont plus qu'inquiétants. » Le maire de Dreux n’aime pas non plus le « transfert imposé d'un nombre croissant de compétences municipales vers les intercommunalités. Je pense aux plans locaux d'urbanisme intercommunaux qui dépossèdent les communes de la maîtrise du droit des sols. Je pense au transfert intégral de la compétence Eau… » De son côté, Gérard Larcher a expliqué sa philosophie en matière de défense des territoires face aux métropoles en souhaitant une place pour les conseillers municipaux et la réorganisation des pôles des intercommunalités. Il espère obtenir une simplification des procédures en cas de retrait d’une commune d’un Établissement Public de Coopération Intercommunale (EPCI). Gérard Larcher propose un redécoupage des grands EPCI. Parmi les autres propositions du président du Sénat, l’autonomie financière et fiscale des collectivités territoriales. A la fin de ce congrès, Gérard Hamel a reçu des mains de Gérard Larcher la médaille du président du Sénat avant que Sophie Brocas, préfète d’Eure-et-Loir, ne lui remette la médaille d’honneur régionale, départementale et communale.