Vie locale

Valentino Gambuto repart aux Municipales

Rédigé le 30/09/2019
Annie Duval-Petrix


Socialiste de la première heure, Valentino Gambuto multiplie les casquettes. Chef d’entreprise, conseiller régional du Centre-Val de Loire, délégué au numérique, conseiller municipal et chef de file de l’opposition. L’homme prône la démocratie permanente.

Il est bien connu des drouais et au-delà mais mérite tout de même une petite présentation. « Je suis né à Dreux, il y a 55 ans. Mon père y est arrivé en 1957 en qualité de bûcheron. Dreux est ma ville, je la connais bien, j’ai vécu dans les quartiers », explique Valentino Gambuto. Très jeune il s’est impliqué dans la vie associative et dans les chambres consulaires. L’homme de gauche mise sur « une nouvelle organisation des relations avec les citoyens pour une démocratie permanente : Faire en sorte que les drouais se réapproprient leur ville et en deviennent les acteurs car c’est avec leurs propositions que nous allons construire notre programme », explique le candidat. Avec un score de 30 % en 2014 face à Gérard Hamel, Valentino Gambuto compte bien transformer cette troisième tentative en victoire. « Je souhaite construire une liste ouverte sur la société civile allant de la gauche au centre. Une réunion d’une soixantaine de personnes est prévue pour présenter un socle d’idées qui seront les bases de notre engagement ». Les grandes lignes des orientations sont fixées : Redonner à Dreux un nouveau souffle et la place qu’elle mérite au vu des atouts qu’elle présente notamment la RN12 à quatre voies et la proximité avec la région parisienne. Accélérer le développement économique par la promotion du territoire au travers de salons professionnels et le développement des clusters. Promouvoir la sauvegarde de l’environnement, favoriser les circuits courts, instaurer progressivement le Bio dans les cantines et re-municipaliser la restauration scolaire ». En matière d’écologie, Valentino Gambuto souhaite « favoriser l’isolation thermique dans les logements publics et privés les plus modestes. Ce qui permettrait 40 à 50% d’économie pour chaque habitant et entamer une véritable politique de rénovation et d’entretien du parc HLM. Quant à la transition numérique, elle nécessite de repenser notre manière de vivre par le numérique », ajoute le candidat qui compte par ailleurs repenser le centre-ville. « Il ne doit plus y avoir un local commercial fermé. C’est une question de volonté politique et de moyens. Le centre-ville est le seul lieu de mixité des habitants de la ville. Il faut des initiatives fortes et des animations permanentes. Il faut peser auprès de propriétaires pour qu’aucun magasin ne reste vide en installant des boutiques éphémères et des stands d’artisans qui viendront faire la démonstration de leurs savoir-faire. Impliqué dès l’âge de 18 ans dans le milieu associatif, Valentino Gambuto souhaite redynamiser et redonner leurs places aux associations. « J’ai été l’instigateur de plusieurs associations : celle des Italiens, puis l’APAI (Association Pluraliste pour les Activités Interculturelles). Il faut libérer les initiatives dans une transparence totale ». Les Comités Proximum seront conservés dans une forme plus démocratique avec une politique cohérente de la ville. Il ne doit pas y avoir une politique des quartiers et une politique de la ville. Il y a des choses qui ont été faites et que j’ai approuvées. Simplement, je veux qu’on aille plus loin. J’ai envie qu’on fasse une belle campagne parce que je crois à une évolution. Je tiens à rappeler que la dernière fois, nous étions dans une quadrangulaire avec un programme peut-être un peu trop en avance notamment en ce qui concerne l’écologie et la démocratie permanente. Nous sommes arrivés deuxièmes derrière Gérard Hamel, et si je ne veux pas remettre en cause sa légitimité, il a été élu avec 49 % des voix mais avec 50 % d’abstention ce ne sont que 25 % des électeurs, représentant 13 % des habitants qui l’ont désigné. Trop peu pour ne pas organiser une autre forme de démocratie », rappelle Valentino Gambuto.