Vie locale

La future gendarmerie de Pacy-sur-Eure sera livrée en 2021


Construits il y a plus de 20 ans, les locaux de la brigade de gendarmerie étaient devenus obsolètes. Le conseil municipal a pris la décision de construire une nouvelle structure, moderne et fonctionnelle, sur le site de l’ancien silo. Les travaux vont démarrer début 2020.

La Direction Générale de la Gendarmerie a donné son accord sur le projet de construction présenté par la Ville. Les nouveaux bâtiments permettront d’accueillir 21 gendarmes, contre 18 actuellement. C’est le cabinet TBA, de Rouen, qui pilote ce dossier. Outre les bâtiments administratifs et techniques, le projet englobe la construction de 21 logements dédiés aux gendarmes de la brigade. C’est le site de l’ancien silo Sévépi qui a été retenu. Il est idéalement situé et lors de la séance du conseil municipal du 14 mai 2019, la commune a décidé de l’acquérir auprès de l’Établissement Foncier de Normandie (EFN), pour un montant de 231 967 euros. Lors de la même séance, les élus ont également décidé de contracter un emprunt de 4 millions d’euros sur 30 ans, pour financer le projet de construction, dont le budget prévisionnel est proche de 4,5 millions d’euros. Côté subventions, la Ville pourra compter sur une aide de l’État de 500 000 euros au titre de la Dotation d’Équipement des Territoires Ruraux (DETR), plus une aide spécifique de 750 000 euros, dédiée à la construction d’une gendarmerie. La part communale s’établira à 3 200 000 euros environ. « En fait, ce sera à terme une opération blanche pour la commune puisque la Ville facturera des loyers à l’État pour la location des bâtiments et des logements, qui devraient s’équilibrer avec les remboursements de l’emprunt » confie un élu. Pour ce qui concerne les délais de construction, le premier coup de pioche devrait intervenir au printemps 2020, et la livraison de la structure est prévue courant 2021. La nouvelle gendarmerie permettra à la brigade de travailler dans un espace fonctionnel et la construction des 21 logements permettra à tous les gendarmes de résider sur le site, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui.



Louis Leprêtre
02/10/2019