Vie locale

Maxime David veut sauver le patrimoine des drouais

Rédigé le 15/10/2019
Annie Duval-Petrix


La REM veut investir la cité durocasse et pour cela, elle a choisi Maxime David. Le candidat dévoile quelques mesures de son programme.

« J’ai 30 ans. Je suis né à Dreux et j’ai grandi ici avec mes parents qui habitaient aux Bâtes. C’est un symbole par rapport à mon parcours et j’y tiens beaucoup, lance Maxime David, candidat La REM aux élections municipales de 2020 sur Dreux. Nous avons ensuite déménagé à la cité américaine. Moi, j’habite maintenant en centre-ville ». Le candidat a suivi sa scolarité à l’école Marcelin Berthelot, au collège Albert Camus et lycée Rotrou. « C’est là que se sont forgés mes premiers choix d’engagement, j’étais délégué de classe en terminale. Ensuite, comme beaucoup de jeunes drouais je suis parti à Tours faire mes études. Un DUT commerce en poche, je me suis réorienté vers les sciences sociales à l’université de Versailles et à la Sorbonne à Paris, avec un master de sciences politiques. » Maxime David est fier de son parcours obtenu « grâce à l’école républicaine. Je n’ai pas attendu la fin de mes études pour rentrer dans la vie professionnelle. Pendant les week-ends et les vacances, je travaillais chez Stokomani. Ensuite, j’ai travaillé pendant deux ans dans une ONG à Paris pour faire la promotion de la construction européenne auprès des jeunes. Je suis un européen convaincu. J’ai travaillé pendant deux ans à Edimbourg en Ecosse pour un média en ligne qui s’appelle touteleurope.eu et en 2016, au moment du Brexit, je suis revenu en France », confie-t-il. Lors des campagnes présidentielle et législative, Maxime David a pris le train d’Emmanuel Macron aux côtés de Claire-Tassadit Houd à Dreux. « Après son départ, j’ai repris l’animation du comité local. On m’a alors proposé la coordination de la région Centre-Val de Loire de la REM. A Dreux, je suis engagé dans un collectif de citoyens qui porte une ambition de renouveau pour la ville ». Maxime David se lance dans la bataille de Dreux mais pour le moment sa liste n’est pas finalisée. « Elle le sera le moment venu. Ce sera une liste de rassemblement soutenue par La REM au-delà des étiquettes partisanes, allant de la gauche à la droite républicaine avec aussi des personnes qui n’ont pas d’engagement politique. Nos valeurs sont centrées autour de l’intégrité, des compétences et de l’amour de Dreux. La liste s’appellera Le Renouveau Drouais. Ce collectif travaille sur un projet à construire jusqu’à la fin de l’année avec les drouais. Il compte trois piliers et une méthode. Le premier c’est la conversion écologique, un secteur créateur d’emploi. Le deuxième, c’est l’émancipation par l’éducation et le troisième concerne la cohésion républicaine. La méthode, c’est la démocratie contributive. Nous allons créer des ateliers citoyens sur ces trois piliers. Le premier aura lieu le 17 octobre sur la conversion écologique, le deuxième en novembre sur l’émancipation par l’éducation et le troisième en décembre sur la cohésion républicaine », détaille le candidat. Une idée concrète ressort déjà de son programme. Il s’agit du stationnement en centre-ville. « Il y aura un plan complet de relance du centre-ville. Notre idée forte sera la disparition des horodateurs en centre-ville. L’idée est de lancer une refonte globale du plan de circulation et de la politique de stationnement avec les commerçants et les résidants. Gratuité ne veut pas dire illimité dans le temps. L’autre mesure concerne l’ancienne crèche municipale derrière le musée. Il y a un projet en cours et ce qui m’inquiète c’est la possible démolition de ce bâtiment historique centenaire. Il a été bâti par l’architecte Beauniée en 1916. Il faut le sauver ! De manière solennelle, j’interpelle le maire pour sauver ce patrimoine. Mon collectif porte un projet de valorisation de ce site pour le conserver et nous sommes prêts à faire œuvre utile. Il y a en jeu une partie de la cour de l’école Saint-Martin avec des arbres centenaires qui seraient abattus. À l’heure où la préoccupation écologique s’impose c’est un contre-sens. »