Vie locale

Le nouveau sous-préfet de l’arrondissement de Dreux, Xavier Luquet, apprécie le territoire

Rédigé le 08/11/2019
Annie Duval-Petrix


Le nouveau sous-préfet de l’arrondissement de Dreux a pris ses fonctions lundi 4 novembre. Xavier Luquet a apprécié l’accueil des élus et des forces vives de ce « territoire particulièrement intéressant ».

La réception donnée par la municipalité, à l’occasion de sa prise de fonction, lui est allée droit au cœur. « J’ai été accueilli de façon très sympathique et très chaleureuse. C’est très symptomatique de l’attention qu’a le maire vis-à-vis du représentant de l’État. J’aborde ma mission avec beaucoup de modestie. Je commence à engranger des informations mais c’est en parlant avec les gens qu’on prend connaissance de la réalité d’un territoire, en allant les voir là où ils travaillent. » Xavier Luquet compte bien aller à la rencontre des élus, des chefs d’entreprises et des exploitants agricoles de son arrondissement mais aussi des représentants des communautés de communes limitrophes. « Je souhaite leur consacrer deux ou trois heures, voire une demi-journée, pour qu’ils me montrent leurs communes ou leurs entreprises ». Le développement économique est un enjeu majeur pour cet arrondissement proche de l’Île-de-France. Le sous-préfet entend travailler en concertation avec les représentants des chambres consulaires. « J’ai pour habitude de rencontrer les entreprises ou exploitations agricoles plutôt emblématiques d’un territoire ». Les problématiques de Dreux sont plus importantes que celle d’une ville de 30 000 habitants. « La RN 12 c’est l’autoroute d’Île-de-France. La ville rencontre aussi les problématiques liées aux banlieues. Nous avons les problèmes du communautarisme et de la radicalisation qui concernent la partie ouest de l’arrondissement. » Xavier Luquet intègre un arrondissement deux fois plus petit que le précédent où il faisait 60 000 km par an « peut-être que je n’en ferais plus que 40 000. Je vais pouvoir continuer à avaler du bitume mais dans une proportion plus raisonnable ». Né à Nice d’une famille avec des racines corses, Xavier Luquet a fait ses études en Provence, puis Sciences Po à Paris et le concours administratif pour l’Institut régional d'administration de Lille. Il a intégré le ministère des affaires sociales pendant quatre ans et trois ans au ministère de la santé en tant que conseiller diplomatique du cabinet du ministre de la santé Xavier Bertrand avant d’être nommé conseiller pour les affaires sociales à l’ambassade de France à Berlin, de 2007 à 2011. « J’ai eu l’occasion de faire des études comparatives des politiques sociales allemandes dans la perspective des réformes de la protection sociale qui avaient lieu en France à l’époque. J’étais en même temps correspondant des ministères du travail, des affaires sociales et de l’immigration au temps de Nicolas Sarkozy. Au retour, j’ai intégré le corps préfectoral à Bourges en tant que directeur de cabinet du préfet Nicolas Quillet. Je suis ensuite parti en Guyane comme directeur du cabinet du préfet. J’ai travaillé, pendant trois ans, avec les militaires et les gendarmes contre les orpailleurs clandestins et les pirates qui rançonnaient les pêcheurs. Retour en France à Verdun où j’ai été chargé d’organiser les cérémonies du centenaire de la guerre 14-18. Nous avons à cette occasion fait venir 3 000 jeunes lycéens de toute la France et d’Allemagne. Nous avons construit un village franco-allemand dans Verdun, une base de loisirs où les jeunes sont restés une semaine. C’était un travail collaboratif avec l’éducation nationale. Ensuite j’ai intégré le Conseil régional des Hauts-de-France avec Xavier Bertrand pendant deux ans. On est venu me rechercher pour organiser la fin des cérémonies du centenaire avec l’itinérance présidentielle d’Emmanuel Macron qui s’est achevée le 11 novembre 2018. J’ai rédigé un rapport sur l’organisation des cérémonies dans les départements. Dreux faisait partie des postes que j’avais listé et j’espérais bien y être nommé. C’est une chance pour moi. C’est un beau cadeau du ministère de l’intérieur ».