Vie locale

Le Dôme ouvrira au printemps


Le projet d’un écosystème de l’innovation et du numérique verra le jour dans les premiers mois de 2020 dans les locaux de l’ancienne Caisse d’Épargne.

Dans le cadre de son développement économique, l’Agglomération du Pays de Dreux a choisi l’ancien bâtiment de la Caisse d’Épargne, inscrit à l’inventaire des monuments historiques, pour y créer un écosystème de l’innovation. Quelques jours avant Noël, Gérard Hamel, président de l’Agglomération, avait convié élus, chefs d’entreprises et décideurs du bassin drouais à une visite de chantier. Casques vissés sur la tête et gilets fluorescents étaient obligatoires pour entrer dans le monument où s’affairaient plusieurs corps de métiers. Emmanuelle Bonhomme, conseillère communautaire en charge du développement numérique, a commenté la visite de « ce lieu innovant qui accueillera les entrepreneurs de demain ». Répartis sur quatre niveaux du sous-sol au deuxième étage, les 1 200 m2 du Dôme accueilleront un espace incubation, un espace de coworking, un de formation, des espaces destinés aux réunions, un Média Lab (son et vidéo), une salle d’expositions, une tisanerie et une terrasse équipée de Wifi sur laquelle on pourra se relaxer où travailler en été. Garder l’âme de l’édifice en préservant son passé historique tout en le projetant vers l’avenir et ses technologies innovantes a séduit Flavien Blondel architecte de l’Agence Coopérative d’Architecture et d’Urbanisme (ACAU) en charge de la maîtrise d’œuvre. « L’agglomération a délégué la maîtrise d’ouvrage à la Société d’Aménagement et d’Équipement du Département d’Eure-et-Loir (SAEDEL). « Dès le début des travaux, en juillet 2019, une entreprise spécialisée a effectué le désamiantage et le déplombage du bâtiment. Depuis l’été dernier de nombreux corps de métiers se succèdent afin de livrer l’ouvrage vers le mois de mars 2020 avec pour but de conserver un maximum du cadre historique et prestigieux des lieux. Les sols et les parquets des étages vont être rénovés. Ceux trop abimés seront remplacés par des matériaux de qualité en chêne massif. Le mobilier et les luminaires seront choisi dans le respect du patrimoine. La Ville de Dreux, propriétaire des lieux, est chargée de la restauration des éléments patrimoniaux », expliquaient les responsables. Le coût total de l’opération s’élève à 1 979 225 € HT dont 80 % de subventions.




Annie Duval-Petrix
10/01/2020