Vie locale

Saint-André-de-l'Eure : de nombreux projets vont structurer et transformer la ville


Les projets se bousculent à Saint-André-de-l’Eure. Après la signature de la convention cœur de ville, Opération de Revitalisation du Territoire (ORT), la ville découvre un ambitieux projet d’aménagement des friches du centre-bourg.

Signée le 18 décembre dernier avec l’EPN et l’État, l’ORT prévoit notamment d’étoffer l’offre de logements pour accueillir une nouvelle population de jeunes actifs, de faire de Saint-André-de-l’Eure le point nodal du système de transport sud du territoire de l’EPN et d’y développer des mobilités douces, reliant la commune à Évreux. « Nous avons également décidé un plan d’actions commerce à construire avec l’EPN et des actions à mener dans le domaine du tourisme, avec la construction de gîtes. Des études de reconversion des friches appartenant à la commune ou à l’Établissement Public Foncier de Normandie (EPFN) sont également menées » avait détaillé Guy Lefrand, président de l’EPN, à l’issue de la réunion. C’est le cabinet d’architectes Sagacité, qui est chargé du projet d’aménagement de ces friches. Benoît Point, directeur du cabinet et spécialiste des études urbaines, est venu samedi à Saint-André-de-l’Eure pour présenter les projets issus d’études menées depuis plus d’un an. « Il s’agit d’une étude pré-opérationnelle portée par l’EPFN, ayant pour objectif de définir un plan projet au travers d’une stratégie cohérente de développement, susceptible d’apporter une plus-value au territoire » a précisé l’urbaniste, ajoutant que 10 réunions avaient déjà été organisées avec les acteurs institutionnels (EPN, Département, Région...) et les porteurs de projets (bailleurs, lotisseurs, aménageurs). Trois sites sont concernés en centre-ville. L’ancienne boucherie pourrait laisser la place à un square, un « poumon vert en plein centre-bourg ». Le site des anciennes usines Bernard pourrait notamment accueillir un campus associatif, un gîte touristique, ou regrouperait les 3 écoles de la ville et le périscolaire. La troisième friche, Gouéry, est située sur l’emprise de la voie ferrée et le secteur de l’ancienne gare.  Les architectes ont travaillé sur un projet résidentiel intergénérationnel sur ces 5 hectares, qui comprendrait à la fois une résidence pour les seniors, des logements sociaux et de petits logements. « Autant de projets qui vont transformer votre commune dans les années qui viennent et il importe que vous y soyez associés » a insisté Benoît Point.

Photo : Benoît Point a expliqué dans le détail des projets qui risquent de transformer le centre-bourg



Louis Leprêtre
29/01/2020