Vie locale

Évreux : Guy Lefrand est candidat à sa succession


Guy Lefrand, maire d’Évreux, a annoncé officiellement mercredi 15 janvier au Café de l’Eure, qu’il briguerait un second mandat de maire en mars prochain, à la tête de la liste « Pour vous, des gens qui aiment Évreux ».

Le maire sortant avait présenté ses vœux la veille au soir mais malgré plusieurs comités de soutien qui s’étaient manifestés en ville et dans les quartiers, il n’avait pas soufflé mot de sa candidature. Il a préféré le faire le lendemain matin, au milieu de ses troupes, dans un bar bondé, où il était bien difficile de pénétrer. « Oui, je suis candidat. Nous venons d’effectuer le mandat du courage et investi chaque quartier. Nous avons repris tous les espaces abandonnés et œuvré dans tous les domaines. Le résultat est là et de nombreuses améliorations sont constatées. La « Cité Jolie » redevient une réalité ! » a lancé Guy Lefrand, sous des applaudissements nourris. « Nous avons beaucoup travaillé et apporté des solutions dans de nombreux quartiers. Nous avons finalisé de beaux projets, tout en baissant les impôts locaux. Nous avons prouvé que c’était possible. Nous ne passons pas notre temps à faire des commissions. Nous, on assure. On m’a parfois reproché d’avoir du caractère, mais les électeurs veulent un patron et il en faut pour diriger une ville et une Agglo de 2 500 agents. Ils peuvent être rassurés, mon engagement sera total » a ajouté le maire. Président de la fédération des Républicains du département, Guy Lefrand entend conduire son action et exercer son nouveau mandat « en dehors des partis politiques ». Il a cité un certain nombre de personnalités qui ont déjà rallié sa liste, à l’image de Marianne Plaisance, la veuve de l’ancien maire communiste Rolland Plaisance, du socialiste Alain Nogarède, de Noël Grippon, président de l’Amicale Laïque de Saint-Michel, de Christiane Murcia « notre madone des pauvres », de Stéphane Baki, qui avait monté sa propre liste citoyenne lors du dernier scrutin, de Jeff Cariot, ancien président de l’union commerciale, de la sénatrice Nicole Duranton, « une proche parmi les proches »… Guy Lefrand pourra également compter sur les membres du MODEM d’Évreux, qui ne suivent pas les directives de leur parti et de François Bayrou, soutien de la première heure de La République en Marche. « Peu importe les clivages politiques. Il s’agit de gens qui aiment Évreux. Ils vont se retrouver avec nous autour d’un projet commun pour la ville et c’est là l’essentiel » assure le maire. Un projet qui n’a pas encore été dévoilé car il est en cours de finalisation. « Nous espérons surtout avoir une campagne digne et respectueuse, projet contre projet » insiste Guy Lefrand.



Louis Leprêtre
29/01/2020