Vie locale

« Je suis ès-qualités responsable mais pas coupable »


Gérard Hamel a fait ses adieux, lundi soir, au conseil communautaire dans un climat tendu où il est revenu sur sa convocation devant la justice pour favoritisme.

La dernière séance du conseil communautaire de l’Agglo du Pays de Dreux s’est tenue, lundi soir au Théâtre. Deux des principales délibérations concernaient la clôture de la concession d’aménagement de la Radio et le renouvellement de la délégation de service publique de transport. Le premier dossier concernait l’épineux sujet de la fin de la concession donnée par l’agglomération à la Semcadd (Société d’économie mixte de construction, développement et d’aménagement), présidée par Gérard Hamel. La gestion déficitaire de la Semcadd avait décidé le président de l’agglomération à mettre fin à cette structure et pour éponger les dettes qui en ont résulté, la collectivité a contracté un emprunt de 20 millions d’euros sur 25 ans. « Le dossier de clôture définitif de l’opération d’aménagement la Radio s’est établi en dépense à 54 370 917 € et en recettes à 51 794 735 €. Le bilan fait apparaître un déficit de -2 576 182 € HT (5% du montant de la concession). L’agglomération a repris possession du site depuis le mois de décembre 2019 », a souligné Jean Jimenez, directeur général de l’Agglo du Pays de Dreux. À quoi, Gérard Hamel a ajouté : « Aujourd’hui, la Radio a un budget annexe au sein de notre agglomération. Le site est également occupé à 70% et contient 350 emplois. La Radio continue de vivre et d’autres projets sont en cours de négociation et je ne pourrais vous les annoncer tant qu’ils ne seront pas signés. Voilà la situation après trois ans de combat ». À la suite de cette explication, Gérard Hamel est revenu sur l’information judiciaire qui a été révélée, samedi dernier. Le tribunal correctionnel de Nanterre a convoqué le président de l’agglomération, ainsi que deux cadres de l’ex-Semcadd, pour répondre de soupçons de favoritisme en direction de ses enfants, le 6 mars prochain. Une affaire qui date des années 2011-2012. « En tant que PDG de la Semcadd, j’avais saisi le procureur de la République. Je veux ici défendre mon honneur. Entre 2011 et 2012, j’avais deux personnes qui géraient la Semcadd. En 2013, j’étais informé par certaines entreprises que certains marchés passés par ces cadres n’étaient pas catholiques. Avec mon directeur général, on a lancé un audit sur ces opérations et Axelle Champagne, ex-directrice générale adjointe, avait rendu son rapport qui était accablant sur les irrégularités commises. Aucun de mes enfants n’étaient concernés par ces marchés. J’ai saisi le procureur de la République. Nous sommes en 2020, et après plusieurs auditions de la police judiciaire à Orléans, il y a quelques jours j’ai reçu ma convocation devant le tribunal correctionnel de Nanterre. C’est le procès maintenant. J’étais responsable à cause de mon mandat social. Et de plaignant, je me retrouve accusé. Je suis ès-qualités responsable mais pas coupable ».  Après ce débat, Gérard Hamel a clôturé son dernier conseil communautaire en remerciant les élus : « Je retiens de cette présidence, le meilleur car j’ai conscience, que même si les choses ne sont pas toujours faciles, j’ai toujours essayé de faire en sorte que chacun trouve sa place et s’exprime comme il l’entendait dans l’intérêt de sa commune. La charte que nous avions mis en place au début de notre mandat a été le gage pour que notre entente soit mieux organisée avec le principe : un maire, une voix. Nous avons pris des décisions, très majoritairement, qui ont fait avancer notre agglomération. Je vous remercie de votre confiance ». Bien que les débats étaient dominés par le dossier de la Semcadd, le conseil communautaire a voté, également, la mise en place du renouvellement de la délégation de service publique de transport. Nous reviendrons plus en détail, sur cette importante délégation de service publique, portée par le conseiller Jacques Lemare.



Annie Duval-Petrix
06/02/2020