Vie locale

Claire Loust se présente contre le maire sortant


Claire Loust, conseillère municipale d’opposition, conduira la liste « Les Andrésiens » contre celle de Franck Bernard, maire élu en 2019 à la suite du décès de Serge Masson.

« Nous avons choisi le nom des « Andrésiens » pour notre liste, car nous sommes des Andrésiens et nous souhaitons œuvrer pour les Andrésiens. Nous voulons d’ailleurs les impliquer le plus possible dans nos actions » assure la candidate. « Je tiens à préciser que notre liste est dépourvue d’étiquette politique, contrairement aux bruits malveillants qui ont pu circuler depuis notre élection en 2014 » précise Claire Loust. Les candidats dévoileront leur programme détaillé dans quelques jours mais les grands axes de leur action sont déjà connus. Les colistiers souhaitent engager une action importante en direction des jeunes et des familles, en créant un pôle Enfance-Jeunesse, regroupant les écoles et l’accueil de loisirs sur le même site, autour du Château Drouet. « Il y aura moins de déplacements pour les enfants, en particulier pour ceux de l’Hôtel de Ville qui se rendent à la cantine. Nous créerons une salle d’activités sportives sur le même site » annoncent les colistiers, également désireux de donner « plus de souffle » aux associations. « C’est une grande richesse pour la commune et il faudra créer une maison des associations pour les aider » ajoute Claire Loust. L’équipe veut aussi être à l’écoute des Andrésiens. « Les habitants ne sont au courant de rien et nous allons remettre en place des permanences d’élus pour les informer. Nous voulons aussi créer un budget participatif communal, pour financer les projets utiles et proposés directement aux Andrésiens » détaillent les colistiers, qui veulent être « très vigilants » sur les dépenses de fonctionnement et certains investissements de la commune.  « Il faudra dépenser avec justesse, sans faire subir une forte pression fiscale sur les Andrésiens. Certains projets d’équipement sont intéressants mais ne pourront pas être supportés par la seule commune. Sans doute aurons-nous besoin de faire appel à des partenaires privés pour nous aider à les réaliser » conclut Claire Loust.



Louis Leprêtre
27/02/2020