Vie locale

L'accompagnement périnatal n'attend pas… Les sages-femmes s'organisent !


La grossesse et l'arrivée d'un nouvel enfant sont souvent un moment de préoccupation pour les jeunes parents. Avec la crise sanitaire actuelle et l'isolement lié au confinement les doutes s'accentuent, il est alors important de trouver de la réassurance auprès de professionnels de santé. Le Conseil départemental de l’Ordre des sages-femmes d’Eure-et-Loir tient à donc mettre en lumière le parcours de soin disponible pour les patientes.

1 - La grossesse
Le suivi de grossesse doit être maintenu en privilégiant la téléconsultation, acte autorisé pour les sages-femmes depuis le 19 mars 2020. Quand cette dernière n'est pas possible (échographies, examen du 4ème mois et du dernier trimestre), une consultation peut être proposée en présentiel. Cependant, aucun accompagnant ne sera accepté, l'heure devra être respectée pour ne pas attendre en salle d'attente encore moins en présence d'autres patients, un lavage des mains vous sera demandé à l'entrée du cabinet.
De plus les sages-femmes sont aussi autorisées, depuis le 31 mars 2020, à assurer trois actes supplémentaires à distance : l'entretien prénatal précoce, les sept séances de préparation à la naissance et le bilan de prévention.

2 - L'accouchement
Les accouchements et l'accueil des urgences obstétricales sont toujours réalisés au sein des maternités. Les maternités mettent tout en œuvre pour assurer les soins dans des conditions d'hygiène optimales et les plus sereines possibles.
En ce qui concerne une possible augmentation des accouchements inopinés à domicile, les instances se sont clairement positionnées. En effet les accouchements à domicile se basent sur un suivi global et une sélection rigoureuse des patientes. Donc si vous envisagiez d'accoucher dans une maternité avant l'épidémie, celle-ci ne doit pas vous faire changer d'avis. A noter que le Collège National des Gynécologueset Obstétriciensde Français(CNGOF) rappelle que la réactivité des services de secours, qui seront mobilisés pour un accouchement à domicile, est déjà sous tension du fait de la crise sanitaire.
Afin de conserver une composante humaine et familiale, le ministère des solidarités et de la santé a rappelé lors de son communiqué que «la présence du conjoint est bien possible, sous certaines conditions, lors de l'accouchement». Cependant cela dépend de l’organisation mise en place dans chaque établissement, il faut donc se rapprocher de l’établissement en question.

3 - Séjour en maternité et suivi post-natal
Les visites ne sont plus autorisées en maternité depuis le début du confinement, à l'exception du partenaire selon différentes modalités en fonction des établissements.
Les sorties précoces sont favorisées avec le passage à domicile d'une sage-femme libérale ou une venue au cabinet.
Chaque surveillance sera adaptée en fonction de la patiente et des ressources locales. Il est important d'être accompagnée dans cette période de changement majeur.
Il faut rappeler que, selon l'OMS, l'allaitement n'est pas contre-indiqué chez les mères porteuses de covid-19. Avec des mesures d'hygiène adaptées: porter un masque, se laver les mains avant et après contact, laver régulièrement les surfaces. Pour un accompagnement de votre allaitement vous pouvez consulter une sage-femme.
Les services de PMI restent toujours joignables et continuent à accompagner les familles.

4 - Suivi gynécologique
Dans ce contexte, il est important d'assurer une couverture contraceptive efficiente pour les patientes. Ainsi les pharmaciens peuvent renouveler les ordonnances afin d'assurer la continuité du traitement jusqu'au 31 mai.
L'instauration d'une nouvelle contraception nécessitera une téléconsultation de préférence.
Le suivi gynécologique de prévention (frottis…) peut être repoussé en l'absence de symptômes. Les consultations urgentes restent maintenues.
Les soins orthogéniques ne sont pas entravés par le confinement. Les interruptionsvolontaires de grossesse sont prises en charge comme à l’accoutumée : médecins et sages-femmes libéraux, les hôpitaux et cliniques. Des prochaines dispositions gouvernementales pour un allongement de la durée légale durant la crise sanitaire sont en préparation.

Conclusion :
Le confinement entraîne une adaptation du parcours de soin et de l’accompagnement des patientes mais en aucun cas un arrêt! N’hésitez pas à communiquer avec les professionnels qui vous accompagnaient déjà avant la crise sanitaire car ils continuent!

 Communiqué de presse du Conseil départemental de l’Ordre des sages-femmes d’Eure-et-Loir du  3 avril 2020



M Ta Ville
07/04/2020