Vie locale

Carnet de deuil : René Villard, co-fondateur du Rétro Mobile Club


René Villard était l’un des fondateurs, avec Johanny Dutertre, Jean-Charles Massot et deux autres passionnés, du Rétro Mobile club drouais dont il fut le vice-président pendant 7 ans. 

Les drouais se souviendront du superbe équipage qu’il formait avec son épouse, Edith, en tenues d’époque et sa célèbre DFP (Doriot Flandrin Parant) de 1909 qu’il aimait à surnommer avec humour la Dernière Folie de Pépère. L’ancêtre automobile a été le dernier coup de cœur de ce collectionneur passionné et le clou d’une longue série de voitures de toutes les époques qui le faisait rêver depuis son plus jeune âge. Alors qu’il possédait encore une Ford de 1929, exposée au Rétro Mobile Club, et une Mercedes Benz cabriolet de 1979, René Villard avait tout au long de sa vie été l’heureux propriétaire de voitures de marques prestigieuses dont certaines ont été remarquées au cinéma comme la Peugeot 301 dans le film Les Uns et les autres de Claude Lelouch, sorti en 1981. En 1996, René Villard était devenu membre du club des Teuf Teuf de Paris. L’homme aimait conduire et avec son épouse ils ont participé à d’innombrables rallyes qui les ont menés sur toutes les routes de France dont celles du Tour de France des voitures anciennes ou encore le Paris-Rambouillet. À Dreux, René Villard avait initié le Rallye des Ancêtres dont il assurait l’organisation tous les deux ans. René Villard s’est éteint à l’aube de ses 84 ans. Né à Stains (93), il était arrivé à Vert-en-Drouais dans les années 40 au château du village où ses parents occupaient la charge de gardiens. À 14 ans, il avait débuté une carrière de ferrailleur en compagnie de celui qui deviendrait son beau-frère Titi Roux. Les établissements Roux étaient installés rue saint-Thibault à Dreux. Le jeune homme n’eut qu’à traverser la rue pour rencontrer sa future épouse Edith Gorin qui résidait sur la commune de Vernouillet. Le couple s’est installé dans leur magasin de l’avenue du général Leclerc comme brocanteurs ferrailleurs jusqu’à une retraite bien méritée décidée en 1996. René Villard laisse une famille éplorée, son épouse Édith, sa fille Martine, ses deux petits-enfants, Cécile et Benoît et ses deux arrière-petites-filles. En raison des évènements sanitaires, l’inhumation aura lieu le vendredi 24 avril dans la plus stricte intimité familiale.



Annie Duval-Pétrix
23/04/2020