Vie locale

À Dreux, la Croix-Rouge maraude avec le GIP-Relais logement


Habituellement, les maraudes de la Croix-Rouge ont lieu le vendredi soir. Depuis la crise du Covid-19, elles ont lieu le mardi et le vendredi en partenariat avec le GIP-Relais logement et la Ville de Dreux.
 
« Nous avions ajouté un deuxième jour car nous nous sommes aperçus qu’il y avait plus de monde à voir le soir. De sept à huit personnes, habituellement, nous sommes passés à vingt-et-une. Ce sont des personnes à la rue quotidiennement qui ont des problèmes de logement ou de ressources », explique Cyril Geuffroy, président de l’unité locale de Dreux de la Croix-Rouge.  Les horaires des maraudes ont été aménagés en fonction de la situation actuelle. « Nous sommes autour du marché couvert, de 19h45 à 21 heures pendant qu’une équipe sillonne le centre-ville à pied. Après 21 heures nous investissons les rues et les moindres recoins, à bord de notre véhicule, à la recherche des personnes sans domicile fixe ou dans le besoin. Nous allons vers les abords de la gare, de l’hôpital et certains endroits identifiés dans les quartiers. » Les bénévoles de la Croix-Rouge distribuent des boissons chaudes, des pains offerts par la boulangerie Au Croissant d’or de Vernouillet qui propose ses invendus du jour, des produits d’hygiène et des croquettes pour les animaux.  En compagnie de Franck Carbonnel, directeur général du GIP-Relais Logement, les bénévoles tentent de se faire connaître par le biais du bouche-à-oreille ou des réseaux sociaux. « Les personnes sans abri viennent boire un café mais aussi chercher une écoute. Nous essayons de les diriger vers des structures adaptées pour trouver de l’aide », poursuit Cyril Geuffroy. Les maraudes réunissent trois ou quatre bénévoles de La Croix-Rouge et une ou deux du GIP-Relais Logement. « La ville nous prête un véhicule et du personnel en cas de besoin sous le régime de bénévoles d’un jour », poursuit le président. Face au Covid-19, des précautions sont prises. « Nous prenons la température des bénévoles avant la maraude et des personnes qui viennent nous voir. Pour les protections, nous avons fait avec ce que nous avions. La Croix-Rouge départementale avait ce qu’il fallait. Nous avons été actifs dès les premiers jours, de nombreux bénévoles sont venus en renfort du Samu social. Dans les quinze premiers jours, des bénévoles se sont engagés dans les deux EHPAD de Dreux pour venir en aide aux soignants ». La conciergerie solidaire fonctionne bien à Dreux plusieurs livraisons sont effectuées quotidiennement. Du côté du GIP-Relais logement, c’est aussi l’effervescence. « Toutes nos places d’hébergement sont prises, nous logeons les personnes dans des chambres de l’hôtel Lemon sur la zone des Coralines. 16 personnes sont ainsi accueillies grâce à un réel soutien du patron de l’établissement. Nous distribuons aussi des tickets service de 28 € qui permettent d’acheter les produits de première nécessité dans les supermarchés de la ville ou profiter des collations et petits encas confectionnés par les bénévoles du secours catholique et des dons divers : farine sucre, dentifrice… », indique Franck Carbonnel. La Croix-Rouge commence à se préparer pour la fin du confinement et souhaite reprendre son activité vestiaire. « Nous avons un grand besoin de vêtements pour homme. Nous faisons appel aux dons, tous les dons sont les bienvenus. Les vêtements sont donnés aux personnes qui en ont besoin », déclare Cyril Geuffroy. Pour l’heure, une personne en service civique depuis le mois de janvier assure une permanence téléphonique tous les après-midis à la Croix-Rouge de Dreux, de 14h00 à 17h30. Le planning des maraudes est prévu jusqu’à la fin du mois de mai.  « Nous espérons ensuite reprendre les formations aux premiers secours avec notre service civique qui est qualifié pour les dispenser », conclut Cyril Geuffroy.
 
La Croix-Rouge : 02 37 42 07 32
GIP-Relais Logement : 125, rue Saint-Thibault à Dreux.


Annie Duval-Pétrix
23/04/2020