Vie locale

Michel Merkel explique la voie mémorielle du sport


L’historien local Michel Merkel a convaincu les élus de la Somme de la nécessité d’une voie mémorielle du sport pendant la Grande guerre.

L’importance prise par le sport durant la Première Guerre mondiale n’est plus à démontrer. Dans le but de laisser un témoignage concret aux futures générations, trois monuments ont été érigés. Au Stade de France, un mémorial rend hommage aux sportifs morts pour la France, dans l’Aisne sur le Chemin des Dames, une stèle est dédiée aux rugbymen tombés dans la Grande Guerre et à Verdun, une statue a été élevée à la mémoire des sportifs de tous les pays tombés pendant les combats de 1914-1918. Pour Michel Merckel, qui est à l’origine de ces édifications, au regard des importants événements sportifs qui s’y sont déroulés pendant le conflit, « le département de la Somme se devait d’apporter concrètement sa participation au passage de la mémoire de nos Poilus. » C’est chose faite. Suite à une série de conférences données dans cette région et après plusieurs contacts, il a su convaincre les responsables de la Somme qui, en association avec la région Hauts-de-France, ont voté la mise en place de « La voie du Sport pendant la Grande Guerre » Ce mémorial se présente sous la forme d’un musée à ciel ouvert. Il se veut fédérateur et international et s’appuie sur une structure existante, le Véloroute n°32. « Sur les 95 kilomètres de cet axe, qui va d’Amiens à Arras, se déroulent en continuité sept tronçons identifiés chacun par un sport avec son historique, l’évolution de la pratique sportive, les sportifs engagés dans les combats et les noms des champions tombés pendant le conflit. Disposés chronologiquement au départ d’Amiens, les textes sont rédigés en allemand, anglais, français et néerlandais », confie l’historien. Ce projet, soutenu par toute la région, a comme objectif d’être un lieu de visite mémoriel en particulier en 2023 pour la Coupe du monde de Rugby et en 2024 pour les Jeux Olympiques qui se dérouleront en France.



Annie Duval-Pétrix
29/05/2020