Vie locale

L'église de Boissy-en-Drouais a son nouveau Chemin de Croix


L'Association Buxéenne Culture et Patrimoine est engagée depuis plusieurs années dans la restauration de l'église Notre-Dame. Le 21 mai dernier, c'est un nouveau Chemin de Croix qui a été installé.

Située au cœur du village, l'église Notre-Dame est inscrite depuis 1927 sur la liste des monuments historiques de France. Au début des années 2000, une longue période de travaux commence sous la houlette de l'architecte Régis Martin. La toiture, la rénovation du clocher, la façade, la restauration de sculptures, de vitraux ou encore l'installation d'un nouveau coq sur le clocher, il y a eu de longs mois de travaux, qui aujourd'hui font ressortir la beauté de ce monument. Le maire de la commune, Michel-Etienne Augustin et les membres de l'association A.B.C.P sont fiers de ces changements mais n'en ont pas terminé pour autant. Après une année de travail c'est une nouvelle installation qui a eu lieu le jeudi 21 mai, celle du Chemin de Croix. Réalisées par l'artiste Françoise Bissara-Fréreau, les quatorze stations ont été confectionnées en terre cuite et pigments d'or. Une création totalement différente de l'ancien, qui s'intègre parfaitement avec le nouvel aspect de l'église. « Je connais l'architecte, il m'a parlé de ce projet que j'ai tout de suite pris à cœur » raconte l'artiste, présente lors de l'installation. C'est dans son atelier à Garennes-sur-Eure que les quatorze sculptures ont vu le jour, à base de terre cuite représentant la glaise, mais aussi de poudre d'or qui symbolise ici la divinité, la sainteté. « Je les ai réalisé dans l'ordre chronologique et il m'aura fallu un an de travail pour que les sculptures retranscrivent la vision que j'avais de ce Chemin de Croix » explique l'artiste. Face à ces sculptures on peut ressentir une certaine simplicité avec la présence de peu de personnages, mais aussi beaucoup de profondeur avec le travail de la matière, des reliefs et cette poudre d'or qui apporte un côté céleste. Ce sont des œuvres à découvrir de près, à regarder dans le détail, les yeux dans les yeux pour certaines. « Quand je suis arrivée à la fin, je pleurais presque, j'étais vraiment imprégnée » confie Françoise Bissara-Fréreau. À présent l'A.B.C.P espère pouvoir inscrire l'église aux Journées du Patrimoine, afin que tout le monde puisse découvrir ce magnifique lieu.



Charlyne Didelot
29/05/2020