Vie locale

Les restaurateurs s’adaptent aux mesures sanitaires


Depuis le 2 juin, le gouvernement a autorisé la réouverture des restaurants sous certaines conditions. Les restaurateurs du Drouais mettent tout en œuvre pour accueillir leur clientèle.

« Nous avons réouvert dès le 2 juin. La salle et la terrasse ont été aménagées avec une distance d’un mètre entre les tables. De 150 places assises en salle nous en sommes à 90 et 48 places en terrasse au lieu de 78 », détaille Mario Bocchialini, patron du Market Pub. « Un laboratoire a été créé au sous-sol pour les plateaux repas qui ont beaucoup évolué pendant la période de confinement. Après avoir profité du service à emporter, nos clients reviennent », poursuit le chef qui envisage l’embauche de jeunes pendant l’été pour pallier le solde des congés du personnel. Au Resto du Théâtre, Carole et Jean-Luc Navicet ont aménagé la salle de restaurant, supprimé des tables et installé la terrasse. « Des distributeurs de gel à pédale sont à disposition. Les suggestions sont affichées sur des ardoises et la carte et les boissons sont accessibles en flash code. Pour le service à emporter et le paiement au comptoir, nous avons fait fabriquer des parois en Plexiglas. Le pizzaïolo poursuit la cuisson de ses pizzas au feu de bois ». Les amateurs de couscous et de cuisine orientale se réjouissent, Mourad Sabir a réouvert son restaurant France Couscous à Dreux. « De 38 places, nous sommes passés à 26. Les clients sont heureux de revenir », indique Mourad Sabir. La Table de l’Atelier, la brasserie de Morgan Poul, ouverte en février, a subi la crise de plein fouet. Elle a fermé quelques semaines. Le patron et son équipe ont réouvert avec enthousiasme. « Nous n’avons aucun aménagement à faire, la salle est vaste et les distanciations s’y font d’elles-mêmes. Les menus sont affichés sur ardoise et les boissons accessibles en flash code », précise Morgan Poul. Au Saint-Pierre, Zoé Grima et Guillaume Ehrler ont supprimé une dizaine de places dans leur grande salle et six sur la terrasse. « C’est un peu calme le midi car beaucoup de clients n’ont pas repris le travail mais le soir, nous avons retrouvé de l’activité ». Aux 4V, Yvan Gérard et Bruno Barrois ont supprimé une trentaine de places à l’intérieur, elles sont compensées par la terrasse. « Nous ne pouvons pas ouvrir les buffets d’entrées et de fromages, ils sont servis sur assiette. Nous poursuivons la vente à emporter », précise Yvan Gérard. À Vernouillet, Tata, la cuisinière Thaï de Mister Wok, est de nouveau aux fourneaux. « Nous avons supprimé des places assises. Le service à emporter marche bien », confient Terry Thorel et Samir Haddach, responsables du restaurant. La cafétéria Pause Déjeuner ne manque pas de place. « Nous avons supprimé 35 sièges. Il en reste 110. Des distributeurs de gel à pédale sont à disposition et les menus sont affichés. Toutes les règles sanitaires sont respectées », expliquent Muriel et Alain Raimbert. Mais la reprise se fait en douceur. « Nous ne sommes pas un restaurant loisirs, nos clients sont des employés des entreprises environnantes. Nous avions une majorité de femmes parmi nos clients, la tendance a changé, nombre d’entre-elles sont toujours en télétravail. Les effets de la crise perdurent », regrette Alain Raimbert. La Pause Déjeuner poursuit son service de plats à emporter. L’Auberge de la Vallée Verte accueille ses clients depuis la semaine dernière. « C’est le plaisir partagé des retrouvailles avec nos clients », explique Nathalie Paillé. Tout a été mis en œuvre pour la sécurité. Nous portons des masques, du gel est à disposition un peu partout et des tables ont été supprimées. Nous nous efforçons d’offrir à nos clients une ambiance conviviale inchangée ». La restauratrice apprécie le soutien et la fidélité de sa clientèle. La crise sanitaire a fait ressortir l’importance des commerces de proximité ». La question qui se pose dans le temps est celle des mesures à prendre au cours des mois d’été, tant pour le restaurant que pour l’hôtel. « Doit-on solder les congés de nos employés et fermer ou rester ouverts ? Les gens vont-ils rester sur place ou partir en vacances ? » La réponse s’imposera dans les prochains jours.



Annie Duval-Petrix
11/06/2020