Vie locale

Deux standardistes de l’hôpital partent en retraite


Fabienne Wodja compte 40 années de présence au standard de l’hôpital Victor-Jousselin à Dreux, Martine Rebrioux 35. Elles vont raccrocher leur téléphone pour prendre une retraite bien méritée.

Avec une moyenne de 1500 appels par jour, les deux standardistes de l’hôpital de Dreux en ont entendu de toutes les sortes. Plaisanteries, fausses alertes à la bombe, insultes mais jamais la conscience de l’importance de leur métier ne les a quittée. En 40 ans, Fabienne Wodja et Martine Rebrioux ont suivi l’évolution de l’hôpital et les moyens mis à leur disposition. « Au début, en plus des appels téléphoniques de l’extérieur vers les services ou les chambres des malades, ou encore des chambres des malades vers les postes d’infirmières, nous transmettions les messages radio des pompiers vers le service des urgences. Depuis les lignes directes et les téléphones portables ont bouleversé la donne », se souviennent les deux femmes. Martine est arrivée à l’hôpital le 1er avril 1982, une journée porte bonheur qui lui a permis de s’épanouir dans une carrière enrichissante. « Nous avons connu de nombreux directeurs, médecins et infirmiers. Tout le personnel hospitalier nous connaît », confie Martine. Parmi les souvenirs frappants de Fabienne, il y a celui d’un inconnu qui, une nuit, prétendait toutes les dix minutes qu’une bombe allait exploser dans l’hôpital en précisant le temps qu’il restait. « Il a fini par abandonner la partie au bout de trois quarts d’heure ». Les deux standardistes devenues amies se souviennent des voix de quelques célébrités hospitalisées à Dreux ou venant prendre des nouvelles de leurs proches comme Didier Barbelivien, Anne Saint-Clair, Charles Aznavour, Michel Drucker ou Dominique Lavanant qui souhaitait avoir des nouvelles de Danielle Darrieux. « Plusieurs fois, le standard a failli exploser mais avec le Covid-19 nous avons beaucoup travailler. C’était très chaud ». Les deux amies avouent que prendre leur retraite leur fait plaisir dans ce contexte particulier et difficile pour tout le monde. Le service du standard de l’hôpital compte huit personnes, 5 de jour et 3 de nuit. Fabienne sera remplacée par Catherine Laurent et Martine Rebrioux par Amale Bousselham.



Annie Duval-Petrix
26/06/2020