Le Tangram dévoile la nouvelle saison


Plus motivée que jamais, la Scène Nationale du Tangram signe son grand retour sur les planches avec l’annonce d’une très prometteuse saison culturelle 2020-2021. 

C’est dans un théâtre Legendre au grand complet, que Valérie Baran, directrice du Tangram a dévoilé, jeudi 3 septembre dernier, les grandes lignes d’une programmation qui se veut paritaire et accessible. « Nous assurerons une saison absolument paritaire où nous laisserons place égale aux hommes et aux femmes » annonce-t-elle. « Pour que la richesse artistique soit accessible à tous, nous parcourrons quartiers urbains et villages ruraux. Quatre spectacles viendront au plus près des habitants de l’Eure et des quartiers d’Évreux. Netreville accueillera notamment des artistes en résidence durant neuf mois. À cette occasion, le metteur en scène Pier Lamandé et l’autrice Laëtitia Ajanohun pourront échanger avec les acteurs sociaux et culturels locaux tout en repérant des talents ».
« Amener le monde à Évreux », telle est l’idée de Valérie Baran et de Julien Bourguignon, directeur délégué à la programmation « Un tiers des représentations seront issues de productions internationales. Liban, Palestine, Belgique, Suisse, Égypte, Côte d’Ivoire, Sénégal, Grèce ou Québec, c’est le monde que nous apporterons sur les scènes euroises ». Une escale un peu plus longue sera consacrée à l’Afrique avec des spectacles brisant codes et préjugés. C’est sous un angle résolument moderne, urbain et connecté que le continent sera mis en valeur dans des représentations de danse, théâtre et musique.
Les compagnies normandes ne seront pas en reste avec un quart de la programmation. L’auteur et metteur en scène ébroïcien, Simon Falguières viendra notamment présenter sa nouvelle pièce « Les étoiles » en janvier prochain.
Et comme le théâtre est une « formidable machine à penser le monde », les artistes échangeront autour des grands enjeux sociétaux dans le cadre du festival des AnthropoScènes au printemps prochain. « Les comédiens expliqueront les enjeux du vivant sur la Terre ou comment l’être humain est relié à la planète. Ils aborderont des questionnements tels que repenser le lien entre l’homme et la nature, corriger l’empreinte néfaste de l’homme sur l’environnement ou encore revisiter le rapport entre l’humain et le numérique ».
Une saison fort prometteuse de par l’éclectisme de sa programmation et la richesse de ses thématiques, qui espérons-le, se déroulera sous des auspices favorables.



Aurélie Bourgeaux
17/09/2020