Dreux : des créations de postes qui font débat


Le conseil municipal de Dreux, du 1er octobre, a connu des échanges vifs entre la majorité et Valentino Gambuto, élu d’opposition. Le différend portait sur la création de cinq postes d’agents municipaux dans le cadre de la mise en place de l’observatoire des quartiers.

La municipalité poursuit la mise en place de son programme. Aïssa Hirti, adjoint au maire en charge de la modernisation et restructuration des services, a présenté les nouveaux changements. « Compte tenu de l’évolution de l’organisation des services, il convient de renforcer les équipes dans la continuité des créations de postes effectuées lors du conseil municipal du 30 juillet », annonçait l’élu. Parmi les créations de postes annoncées, celles de cinq agents municipaux qui intégreront l’observatoire des quartiers. « Trois sont déjà des agents municipaux, deux sont des candidats extérieurs. Ces agents seront directement rattachés au cabinet du maire. Ils seront les yeux et les oreilles des quartiers de la ville », indiquait l’élu. Le maire annonce qu’il « ne veut plus de médiateurs dans les quartiers. Ils sont vus comme des copains ou des balances. C’est pour cette raison que nous avons créé l’observatoire des quartiers qui sera intégré au conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance. L’État est intéressé par ce dispositif et nous demande de l’intégrer de manière expérimentale », indiquait Pierre-Frédéric Billet. Ces créations de postes ont soulevé une vague de protestations de la part de Valentino Gambuto, élu de l’opposition. « L’ancienne municipalité est revenue sur le principe d’un élu chargé d’un quartier face à ce qu’elle a estimé être une prise de pouvoir trop importante. Alors avec des agents non élus vous allez créer des caïds de quartiers sans aucun intermédiaire entre les habitants et le cabinet du maire ». Des propos réfutés par le maire et son adjoint : « Si ces agents sont en lien avec le cabinet c’est parce que je décide de la compétence, de la sécurité et de la tranquillité publique », indiquait Pierre-Frédéric Billet. La délibération a été votée par la majorité. La création de trois postes de gardien de police municipale à temps complet a été adoptée à compter du 2 octobre 2020.

 



Annie Duval-Petrix
07/10/2020