Octobre Rose : cocooning et shopping pour une noble cause


Pour sa 3ème édition, un groupe de commerçants du centre-ville d’Évreux organisait vendredi 9 octobre une soirée « Octobre Rose » au profit de la Ligue contre le Cancer. Toute de rose vêtue pour l’occasion, la Halle des Expositions a accueilli 123 participantes. Passer un moment agréable entre amies tout en faisant une bonne action, tel était l’esprit de cette soirée conviviale. 
 
Les participantes ont pu profiter de la présence des commerçants pour faire du shopping, se faire chouchouter avec des massages et de la réflexologie mais également des manucures, maquillages, coiffages puis finir par un shooting photos. Un pôle santé, tenu par la présidente de la Ligue contre le Cancer de l’Eure, Nanou Dessaux, permettait de recevoir des informations sur l’importance du dépistage du cancer du sein. Enfin, la participation de 8 € d’entrée offrait un apéritif dînatoire concocté par Steffie Trait’Eure, où mini burgers, cuillères apéritives, cornets de fruits, panna cotta et macarons attendaient les convives. En parallèle, une tombola a permis de récolter la somme de 1870 € au profit de la Ligue contre le Cancer. « De nombreux commerçants d’Évreux ont donné des lots, encore plus que les autres années » expliquent les organisateurs. « Cette soirée est aussi un bon moyen d’aider les commerçants qui ont beaucoup souffert du COVID. De plus, nous sommes tous concernés par le cancer et la Ligue a besoin de nous plus que jamais ». Perte sèche en effet pour la Ligue contre le Cancer qui annonçait vendredi soir un déficit de 60 000 € sur le département de l’Eure. « Avec toutes les manifestations annulées plus une nette baisse des dons, cette année est compliquée » regrette Nanou Dessaux. « Toutes les aides comme celles de ce soir sont les bienvenues, le cancer fait plus de 150 000 morts par an. Le cancer du sein représente plus d’un tiers des cancers féminins, une femme sur cinq en décède. Mais la recherche avance et la mortalité baisse. Une femme sur huit sera confrontée dans sa vie au cancer du sein, d’où la nécessité de se faire dépister très jeune par autopalpation ou par mammographie, bien avant 50 ans ». Message reçu par Ingrid, Séverine et Amandine présentes toutes les trois à la soirée. « Je suis en rémission du cancer, j’étais encore malade l’an dernier » confie Ingrid. « Nous sommes toutes concernées » déclare Séverine, émue. « C’est important d’apporter un soutien financier à la Ligue ».


Aurélie Bourgeaux
12/10/2020