La préfète à l’écoute des jeunes diplômés face à l’emploi


Fadela Benrabia, préfète d’Eure-et-Loir, était venue ce lundi 20 octobre à la rencontre des jeunes drouais diplômés en recherche d’emploi en adéquation avec leurs formations.

Une dizaine de jeunes diplômés d’un master 1 ou 2 suivis par la Mission Locale avaient été sélectionnés pour cette rencontre avec Fadela Benrabia, préfète d’Eure-et-Loir, et Pierre-Frédéric Billet, maire de Dreux, dans une des salles de l’ArTsenal à Dreux. L’idée était pour les autorités d’échanger avec ce public sur les difficultés rencontrées pour trouver un emploi en adéquation avec leurs formations et de leur proposer d’acquérir les codes d’un entretien d’embauche, des réseaux ou encore d’une mise en relation directe avec les employeurs par le biais de petits déjeuners. Au cours de cet échange, chacun a pu s’exprimer et raconter ses expériences vécues. La préfète a souligné et salué la motivation de ces jeunes tout en les encourageant à remplir le bas de leur CV en petits jobs d’appoint en attendant de trouver l’emploi recherché. « Allez-y et profitez de la très belle opportunité d’Erasmus+ parce que vous êtes déterminée. Il ne faut rien lâcher », a-t-elle conseillé à une jeune drouaise diplômée qui cherche du travail à l’export. Fadela Benrabia a même encouragé les jeunes diplômés de mettre en valeur leurs expériences sociales, scolaires auprès des enfants ou humanitaires. Un plus très apprécié par les chefs d’entreprises.

Les emplois francs, aidés par la préfecture, facilitent l’embauche. Plusieurs solutions sont proposées dans le cadre des emplois francs pour favoriser l’emploi des jeunes issus de quartiers prioritaires de la politique de la ville. Trois conditions sont requises : habiter dans un quartier prioritaire, postuler pour un CDI ou un CDD d’au moins 6 mois, être demandeur d’emploi inscrit à Pôle emploi, adhérent à un Contrat de Sécurisation Professionnelle (CSP) ou inscrit à une Mission Locale. « L’employeur peut alors bénéficier d’une aide financière de 15.000 € sur trois ans pour un CDI (5000 € par an) ou 5000 € sur deux ans pour un CDD d’au moins six mois (2500 € par an). Toutes les entreprises et associations quel que soit leur lieu d’implantation peuvent bénéficier de l’aide pour l’employeur sauf les particuliers et les employeurs publics. « Les étudiants mettent entre 6 à 18 mois pour trouver travail et stabilité après la sortie de leur cursus scolaire. Vous êtes une génération qui se bat mais aujourd’hui avec la Covid-19, ces délais risquent de se prolonger. J’ai demandé à la directrice de la Mission locale d’être extrêmement vigilante à vos situations car je ne veux pas que vous soyez la génération sacrifiée », a souligné Pierre-Frédéric Billet en clôture de cette rencontre. 



Annie Duval-Petrix
21/10/2020