La France en (re)confinement


Mercredi 28 octobre 2020, Emmanuel Macron, président de la République, annonçait le retour du confinement. Contacts réduits, déplacement sous attestation, masque obligatoire pour les enfants de plus de 6 ans, quelles sont les modalités de ce deuxième confinement ? 

Depuis la fin du premier, le 11 mai dernier, l’angoisse de revivre un confinement ne quittait pas les français. Le 28 octobre dernier, le couperet est tombé, la France est de nouveau appelée à rester chez elle et ce jusqu’au 1er décembre 2020, pour le moment. Si tous les quinze jours la situation sera réexaminée, à ce stade les consignes sont strictes et les déplacements interdits sauf dans certains cas et sur attestation uniquement :
- les déplacements entre le domicile et le lieu d'exercice de l'activité professionnelle ou les universités pour les étudiants ou les centres de formation pour adultes et les déplacements professionnels ne pouvant être différés ;
- Les déplacements pour effectuer des achats de fournitures nécessaires à l'activité professionnelle, des achats de première nécessité dans des établissements dont les activités demeurent autorisées (liste sur gouvernement.fr) et les livraisons à domicile ;
- Les consultations et soins ne pouvant être assurés à distance et ne pouvant être différés et l’achat de médicaments ;
- Les déplacements pour motif familial impérieux, pour l'assistance aux personnes vulnérables et précaires ou la garde d'enfants ;
- Les déplacements des personnes en situation de handicap et leur accompagnant ;
- Les déplacements brefs, dans la limite d'une heure quotidienne et dans un rayon maximal d'un kilomètre autour du domicile, liés soit à l'activité physique individuelle des personnes, à l'exclusion de toute pratique sportive collective et de toute proximité avec d'autres personnes, soit à la promenade avec les seules personnes regroupées dans un même domicile, soit aux besoins des animaux de compagnie ;
- Les convocations judiciaires ou administratives et rendez-vous dans un service public ;
- La participation à des missions d'intérêt général sur demande de l'autorité administrative.
Comme pour le premier confinement, des attestations sont obligatoires pour tous déplacements. Des attestations permanentes sont en ligne pour les déplacements domicile travail et pour amener les enfants à l’école. Pour les autres motifs, les attestations individuelles sont à remplir à chaque déplacement. En cas de non-respect du confinement, une amende forfaitaire de 135 € sera appliquée. Les commerces non-essentiels sont de nouveau fermés au public. Ils ont reçu l’autorisation d’organiser un système de vente à emporter. "Les commerces fermés, de même que les restaurants, ne pourront pas accueillir du public mais pourront fonctionner pour les activités de livraisons et retraits de commandes", a précisé le Premier ministre Jean Castex lors d'une conférence de presse jeudi 29 octobre. Ces nouvelles mesures, si elles semblent moins restrictives, et c’est tant mieux pour l’économie, que celles de mai, doivent être respectées par chacun, afin que les services de santé puissent travailler et ne pas se retrouver davantage en difficulté qu’ils ne le sont déjà. Sans vouloir être pessimistes, ni pour autant trop utopistes, nous espérons que l’adage « jamais deux sans trois » ne s’appliquera pas. 



Manon Brousseau
05/11/2020