Le sous-préfet s’invite au conseil communautaire


Le conseil communautaire s’est tenu lundi 2 novembre à l’Atelier à spectacle de Vernouillet. Xavier Luquet, sous-préfet de l’arrondissement de Dreux, est venu apporter son soutien aux élus.

Gérard Sourisseau, président de l’agglomération, a ouvert la séance du conseil communautaire en excusant une vingtaine de maires qui n’avaient pas répondu à l’appel. « Nous avons longuement hésité à maintenir ce conseil mais nous avons un devoir envers nos concitoyens. Le monde du travail et l’économie doivent être soutenus ». Parmi les délibérations inscrites à l’ordre du jour, la réhabilitation et l’extension de la piscine de Vernouillet. Le montant du programme de réhabilitation initiale était de 8.640.000 € TTC en 2019, le nouveau plan de financement est chiffré à 11.160.000€ TTC. Le conseil a étudié également la décision modificative du budget principal pour un ajustement des recettes de taxe d’habitation pour la somme de 900.000 €. Les conseillers communautaires ont accueilli Xavier Luquet qui a lancé : « Concernant la crise sanitaire, nous sommes passés d’une situation préoccupante à une situation alarmante. Vous avez eu raison de tenir cette assemblée. Vous devez accueillir le public, réunir vos conseils municipaux, votre conseil communautaire pour faire avancer la mise en œuvre du plan de relance. Ce deuxième confinement est différent par rapport au premier. Cette fois le message est clair, l’économie ne doit pas être arrêtée. Deuxième point important, l’accueil des enfants dans les établissements scolaires est maintenu pour éviter les décrochages ». Xavier Luquet s’est félicité qu’aucune personne dans l’arrondissement ne soit restée isolée pendant le confinement grâce aux réseaux tissés par les maires dans leurs communes. « Il faut recommencer, vous l’avez fait parfaitement ». Le sous-préfet a évoqué les arrêtés municipaux autorisant les petits commerces des villages à ouvrir malgré l’interdiction du gouvernement. « Je ne jugerai pas l’acte politique de ces élus mais les commerçants qui braveraient les consignes s’exposent à une amende de 1.600 € ».  Une remarque largement approuvée par le président de l’agglomération malgré la désapprobation de certains élus dans la salle.



Annie Duval-Petrix
05/11/2020