La Région signe un DEFI pour former des conducteurs de bus


Huit demandeurs d’emploi bénéficient du dispositif DEFI de la Région Centre-Val de Loire. Ils sont entrés en formation au CFB (Centre de Formation Blanchard), le 22 septembre, pour devenir conducteurs de transport en commun.

Leurs formations se termineront le 24 décembre et le cadeau de Noël, un emploi ! Lundi 27 octobre, Valentino Gambuto, conseiller régional, les entreprises Keolis Eure-et-Loir, Transdev Eure-et-Loir, Transdev Houdan et Transdev Rambouillet étaient réunis en compagnie des représentants de Pôle Emploi, de la Mission Locale et de Cap Emploi, pour signer une convention de partenariat en faveur de 8 demandeurs d’emploi au sein du dispositif DEFI (Développement de l’Emploi par des Formations Inclusives) de la Région. « Notre président, François Bonneau, nous a demandé de faire des actions cohérentes sur les 33 bassins de vie de la Région. Nous avions lancé les cordées de l’emploi pour déceler les besoins des entreprises et de les identifier par branche professionnelle. En 2019, 46 DEFI ont été signés avec 160 entreprises pour l’emploi de 564 personnes. Fin décembre 2020, la Région devrait totaliser 100 DEFI pour l’emploi de 1.200 personnes avec une moyenne de 12 personnes par formation », rappelait Valentino Gambuto. Depuis le lancement du dispositif DEFI en 2019, le budget des formations a dépassé les 4,5 millions d’euros. « Cette 27ème signature DEFI 2020 est la 16ème depuis la fin du confinement et la 7ème en Eure-et-Loir. Elle est financée à hauteur de 54.486 € pour les huit stagiaires », précisait le conseiller régional. « Le dispositif DEFI est une formation qui s’achève sur un CDD d’au moins 6 mois ou un CDI. Il permet de se former pour un emploi. Les deux secteurs les plus porteurs sont la santé et le transport ». Les personnes ont été recrutées par Pôle Emploi, la Mission Locale et Cap Emploi en collaboration avec les entreprises qui se sont engagées à leur fournir un emploi en fin de formation. « Vous avez eu raison de choisir ce secteur, il y aura toujours du travail dans le transport et des possibilités d’évolution de carrière », concluait un des chefs d’entreprise.



Annie Duval-Petrix
05/11/2020