L’habitat inclusif : une alternative à l’EHPAD


La fondation Texier-Gallas adhère au dispositif d’habitat inclusif, initié par l’ARS (Agence Régionale de Santé). À Anet, trois logements sur un même palier accueilleront des personnes en perte d’autonomie liée à l’âge ou au handicap.
 
La mise en place du dispositif suscite un bel enthousiasme au sein de l’équipe de l’établissement Anetais. Vincent Verrier, directeur général de la fondation, Mickaël Fornier, directeur adjoint de l’EHPAD d’Anet, Nathalie Siourd, directrice des soins, et Laure Vandystadt, cadre de santé, ont mis toute leur énergie dans la réalisation de ce projet qui propose une alternative à l’EHPAD pour des personnes en perte d’autonomie due à l’âge ou au handicap. « Il y a des personnes qui se trouvent en EHPAD mais qui n’ont rien à y faire. C’est trop tôt pour elles. Elles peuvent encore vivre normalement en extérieur dans un milieu sécurisé avec un peu d’aide. Nous disposons de trois appartements situés au rez-de-chaussée d’une résidence livrée l’an dernier. Un pour une personne, un pour deux personnes et le troisième un peu plus grand destiné à deux personnes avec un salon, salle à manger et une cuisine commune où un personnel spécifiquement dédié viendra organiser des rencontres et des manifestations ainsi que des sorties », explique Vincent Verrier. Les logements inclusifs ne sont rattachés à l’EHPAD que par l’équipe de direction, ils sont indépendants, aucun soin n’est apporté aux locataires, simplement un soutien ou une aide en cas de besoin. Les animations sont ouvertes à tous, on y reçoit les habitants d’Anet qui souhaitent y participer. C’est le vivre ensemble. Le dispositif peut convenir à une personne seule, un couple ou encore une maman âgée et son enfant handicapé ou encore à deux personnes qui accepte la colocation. De vastes chambres avec porte-fenêtre donnant sur un jardinet, salle de bain avec douche à l’italienne, toilettes indépendantes, cuisines aménagées, le confort est assuré pour ces bénéficiaires qui débourseront un loyer de 414€ ou 637€, selon le type de logement. « Ce projet est extensible. Nous sommes habilités pour neuf logements », conclut le directeur. L’habitat inclusif permet de rompre l’isolement et facilite le vivre ensemble au cœur de la ville.


Annie Duval-Petrix
05/11/2020