Conseil communautaire d'EPN : beaucoup de dossiers à l’ordre du jour


Le conseil communautaire d’Évreux Portes de Normandie (EPN) qui s’est tenu au Cadran, à Évreux, mardi soir s’est déroulé dans une ambiance studieuse, très éloignée de la séance du conseil municipal de la veille, très électrique.

Les élus ont voté à l’unanimité la mesure de soutien aux entreprises, leur permettant d’obtenir le remboursement de 100% de leur Contribution Financière des Entreprises 2020 (CFE). Cette mesure avait déjà été prise en 2019. Le dossier des transports a été largement évoqué, avec un transfert vers l’EPN du transport réalisé jusqu’alors par la Région, à compter de la rentrée 2021. « Une décision majeure pour notre territoire, tout comme le développement de l’exploitation du service VÉLOO, qui explose en ce moment » a insisté Guy Lefrand, président de l’EPN. Daniel Douard, vice-président en charge des mobilités, a annoncé « de nouveaux services avec notre opérateur SPL Transurbain, notamment sur les lignes Anet-Évreux et Marcilly-Évreux, qui assurent également les transports scolaires ». Youssef Errammach, maire de Bois-le-Roy, a fait observer que le temps de trajet pour les enfants étaient « beaucoup trop importants » (de 7h à 19h45 pour sa commune). « Même si nous visons une amélioration des services, il n’y aura pas de miracle, car nous devons desservir toutes les communes. C’est un dossier que nous allons traiter avec les maires pour voir comment il peut évoluer » a annoncé Daniel Douard. Côté tourisme, la création d’un site d’hébergements insolites va voir le jour à La Couture-Boussey. L’aménagement prévoit la création de 18 écolodges de haute qualité, qui seront construits sur 10 hectares qui sont la propriété de l’EPN, dans le bois Couturiot. « C’est un très beau projet, conçu dans la logique d’un impact écologique le plus neutre possible. Il contribuera au rayonnement touristique de notre territoire et il sera également créateur d’emplois » a souligné Guy Lefrand. Le conseil communautaire a voté l’octroi d’une subvention de 60 000 euros aux promoteurs de ce projet vert. Le dossier du nouveau conservatoire à rayonnement départemental était également à l’ordre du jour. « Notre conservatoire n’est plus aux normes pédagogiques, sanitaires, ni en accessibilité » a précisé le président de l’EPN, rappelant que le dossier faisait l’objet d’une étude. « J’ai présenté différentes hypothèses en janvier dernier à la conférence des maires. La réhabilitation du couvent des Capucins serait aussi couteuse que le transfert sur le site de l’école Notre-Dame. Dans les deux cas, le coût sera de 20 millions d’euros environ » a précisé Guy Lefrand, ajoutant « ne plus avoir de conservatoire serait catastrophique pour notre territoire ». Dans le domaine économique, les élus ont voté à l’unanimité l’octroi de bons d’achat de 20 euros, pour tous les agents de l’EPN. « Les agents territoriaux ont été très présents lors de l’épisode de la Covid et il était important de les remercier. Les 800 agents bénéficieront de ces bons, qui devront être dépensés dans les commerces d’Évreux ayant fait l’objet d’une fermeture administrative durant le confinement. Didier Crétot, maire de Gravigny, est intervenu pour que ces bons soient également utilisables dans les commerces de sa commune. « Je n’ai pas de réponse pour l’instant mais si cela est possible, nous le ferons » a répondu Guy Lefrand. Bruno Groizeleau, vice-président en charge des finances, est intervenu en visioconférence, pour évoquer la Dotation de solidarité communautaire, destinée à favoriser l’égalité entre communes membres. « Concernant la part fixe de cette dotation, nous avons souhaité que toutes les communes perçoivent une part fixe de 2 500 euros minimum. C’est une aide dont elles ont besoin » a-t-il précisé. Il a également détaillé l’attribution des fonds de concours d’investissement aux communes. « J’observe que les maires ont bien compris l’intérêt de ces dotations, puisqu’avec celles que nous attribuons aujourd’hui, l’enveloppe de 2 millions d’euros dont nous disposions est totalement utilisée. Que les maires qui n’ont pas été « servis » se rassurent, ils le seront l’an prochain. Si les demandes étaient trop importantes, je ne manquerais pas de demander une enveloppe supplémentaire. Tout le monde doit pouvoir accéder à ces fonds, dans l’esprit communautaire » a conclu Bruno Groizeleau.



Louis Leprêtre
23/12/2020