Vie culturelle : Que nous réserve ce début d’année 2021 ?


Concerts et spectacles annulés ou reportés, cinémas fermés… depuis mars 2020, les conséquences de la crise sanitaire n’épargnent aucune discipline du secteur, paralysant la vie culturelle de tout le pays. Manifestations, spectacles improvisés, le secteur fait pression sur le gouvernement pour une reprise des activités culturelles. Si les conséquences de cette mise à l’arrêt sont catastrophiques, il est essentiel pour tous de se projeter vers des horizons plus positifs. 

Positive, passionnée, et bien résolue à lever le rideau, Valérie Baran, directrice du Tangram attend avec beaucoup d’impatience la réouverture des salles de spectacle espérée le 7 janvier. « Nous ne pouvons jouer actuellement, nous attendons la reprise de nos activités pour le plus grand bonheur du public. Les gens attendent, ils ont besoin de vivre des moments de rêve, partage et divertissement. La Scène Nationale et le Palais des Congrès réunissent à l’année 90 000 personnes, usagers et spectateurs ». Dès le 13 janvier, le théâtre Legendre accueillera une représentation belge intitulée « Pourquoi pas ! ». « Elenit » prendra la suite le 15 janvier au Cadran. Spectacle de danse d’un chorégraphe grec Euripides Laskaridis, cet événement joué seulement quatre fois en France allie grotesque, burlesque et classique. Le théâtre Legendre présentera du 21 au 23 janvier une création du Tangram « Les vivants et les morts », théâtre social engagé mettant en scène l’histoire d’amour d’un couple qui lutte pour le maintien de son emploi dans une usine. Pour clore ce mois de janvier, Simon Falguières, « l’enfant du pays » présentera sa pièce « Les étoiles », du 28 au 30 janvier au théâtre Legendre également. Du côté des artistes, la situation n’est pas simple non plus… Pour la troupe de théâtre du Cube à Essais, les projets 2020 n’ont pu voir le jour créant déceptions et pertes financières. « Tout a été annulé » explique Christine Godon, metteur en scène. « Nous avons pu jouer Joséphine à deux reprises, la troisième représentation n’a pu être jouée… Tous nos projets ont été annulés, reportés sans toucher aucune subvention. Les frais avancés pour les costumes, les décors, ainsi que toutes les dépenses annuelles de type assurances, loyers, tout cela crée un endettement. Nous ne pourrons continuer ainsi longtemps, si la vie culturelle ne reprend pas, nous devrons cesser notre activité. Nous regrettons le manque de considération des structures qui nous accueillent, ils reportent et ne nous versent aucune indemnité ». Sans se laisser décourager, ni baisser les bras, la troupe projette pour 2021 des balades en extérieur, hormis les visites de l’abbaye de Verneuil-sur-Avre en mars qui seront en intérieur.  Joséphine reviendra à Arnières-sur-Iton en avril et les artistes présenteront cet été une nouveauté sur la vie de Marcel Pagnol à La Croix-Saint-Leufroy.




Aurélie Bourgeaux
23/12/2020