La Région fournit des box 4G au lycée Courtois


François Bonneau, président de la Région Centre-Val de Loire, était en visite dans le Drouais, vendredi 15 janvier. Il s’est rendu au lycée professionnel Gilbert-Courtois pour y distribuer des box 4G afin d’éviter le décrochage numérique de certains élèves.

François Bonneau est allé féliciter le personnel du restaurant scolaire en compagnie de Valentino Gambuto, conseiller régional, et Ellen Cordier, proviseure de l’établissement. La responsable a constaté un décrochage massif l’an dernier et des difficultés à remettre tout le monde au travail à la rentrée. « Les élèves sont démoralisés et s’interrogent sur leur devenir. Nos formations demandent des stages en entreprises dont certaines commencent à ne plus pouvoir accueillir nos élèves ». La crise sanitaire a obligé les personnels des établissements scolaires à s’adapter pour accueillir les élèves dans les règles sanitaires imposées. « Ce que vous faites est une tâche essentielle. Il faut que le service public d’éducation évite des souffrances et qu’aucun jeune ne soit laissé de côté. Merci pour ce que vous faites », indiquait le président avant de se rendre dans la bibliothèque. Il a remis des box 4G aux élèves qui n’ont pas accès à internet. Paolo a un ordinateur qui fonctionne lorsqu’il est chez son père. Chez sa mère, c’est impossible car elle n’a pas d’accès à internet. Il a reçu une box 4G avec laquelle il pourra travailler partout sans abonnement. 16 établissements pilotes vont ainsi recevoir 323 box 4G dont 25 iront au lycée de Dreux, entre janvier et juin 2021. « Cette expérimentation porte le double objectif de lutter contre le décrochage numérique et d’assurer la continuité pédagogique durant la période de crise sanitaire », indique François Bonneau. Les enseignants du lycée ont exprimé leur colère après l’annonce de la suppression de 30 heures d’enseignement à la rentrée prochaine. « On ne pourra pas travailler en groupes alors que les élèves en ont besoin ». François Bonneau les a assurés du soutien de la Région pour le financement de certains projets et qu’il allait faire part de leurs inquiétudes à la rectrice même si la Région n’a pas la main sur la dotation horaire des lycées.



Annie Duval-Petrix
19/01/2021