Tremblay-les-Villages adhère au projet Objectif Climat 2030


La municipalité de Tremblay-les-Villages s’engage plus activement sur le sujet des enjeux climatiques. Christelle Minard, maire du village, signe une convention avec l’association Eure-et-Loir Nature en s’inscrivant dans le projet Objectif Climat 2030 pour une amélioration de la gestion de l’eau.

Plantation d’arbres, de haies vives en guise de barrières végétales pour protéger les habitats ou gestion des eaux pluviales, la municipalité de Tremblay-les-Villages mise sur l’adaptation au changement climatique. Elle s’engage auprès de l’association Eure-et-Loir Nature sur le projet Objectif Climat 2030 en se focalisant sur une amélioration de la gestion de l’eau. « Nous sommes aussi engagés auprès de l’Agglo du Pays de Dreux, retenue comme territoire de sobriété foncière », indique Christelle Minard. Cette sobriété exige de se rapprocher de zéro artificialisation des sols agricoles », explique l’élue qui évoque des projets pour repenser la construction et l’aménagement des territoires. « Nous souhaitons aller vers des aménagements vertueux. Cela commence par l’écoquartier pour les seniors, la plantation d’arbres avec l’aménagement de la place de Tremblay, la gestion des eaux pluviales et la préservation de la ressource en eau. Il nous faut réfléchir à des actions en direction des bâtiments municipaux, des familles et des entreprises ». L’opération coûtera 1.216 € sur deux ans à la charge de la commune. Le projet est cofinancé par Eure-et-Loir Nature, la Région Centre-Val de Loire et l’Agence de l’eau Seine-Normandie. « D’après les experts, le réchauffement climatique est une réalité. Vous avez raison de passer aux actes. La préservation de l’eau c’est l’affaire de tous », affirmait Michel Cohu, président d’Eure-et-Loir Nature. « Le projet prévoit des actions sur deux ans. D’abord réaliser un état de vulnérabilité du territoire pour mettre en évidence les enjeux de ressources en eau dans un contexte de réchauffement climatique. Des réunions avec les élus et les habitants, un questionnaire et des ateliers sont prévus pour construire un plan d’actions sur deux axes : la désimperméabilisation des sols et les économies d’eau », indique Amélie Roux, chargée de mission biodiversité.

 



Annie Duval-Petrix
19/01/2021