La gestion du golf au cœur d’un vif débat au Conseil Municipal d'Évreux


C’est à l’hôtel d’agglomération que s’est tenu, lundi 1er février, le conseil municipal d’Évreux. À l’ordre du jour, la présentation d’un beau projet de construction d’une maison d’accueil spécialisée et la reprise de la gestion du golf d’Évreux par la municipalité, un dossier sensible.

Francine Maragliano, adjointe au maire en charge du handicap, a présenté avec enthousiasme un projet de l’Adapei (Association départementale de parents et d’amis des personnes handicapées mentales), qui va construire une Maison d’Accueil Spécialisée (MAS) de 56 places pour les personnes handicapées. La construction se fera sur l’ancien site du collège Pablo Neruda, dans le quartier de la Madeleine. « Un exemple de citoyenneté qui changera durablement la vie des personnes en situation de handicap » a notamment déclaré Francine Maragliano, soulignant également que cette résidence était idéalement située. « Ce projet est historique. Cette structure sera ouverte sur le quartier et va permettre à notre ville d’être le territoire du vivre ensemble. Il faut désormais aller vite pour que ces personnes ne continuent pas à vivre dans leurs conditions actuelles » a-t-elle poursuivi. Le dossier du golf d’Évreux a occupé une grande partie de l’ordre du jour. Un rapport de la Chambre Régionale des Comptes (CRC) du 25 septembre 2020, établi sur les exercices 2015 à 2018 (alors qu’il n’y en avait pas eu depuis 2004), pointe notamment des insuffisances dans la stratégie de la régie du golf d’Évreux. « La gestion de cette structure publique souffre d’une implication stratégique insuffisante de sa collectivité de rattachement, la ville d’Évreux, s’agissant tant de son fonctionnement que de sa gestion patrimoniale. En dépit d’un chiffre d’affaires en augmentation, le résultat cumulé de la régie est en forte diminution, la privant ainsi de ressources qui pourraient permettre le financement d’investissements » peut-on lire dans ce rapport, qui évoque également, un public restreint (311 abonnés), une trésorerie fragile, l’absence d’un Plan Pluriannuel d’Investissement et de débat d’orientations budgétaires… Des observations qui placent la ville devant ses responsabilités, avec un nécessaire refinancement afin de pouvoir investir dans la rénovation du terrain, ce qui est impossible aujourd’hui dans le cadre d’une structure dotée d’un budget industriel et commercial. C’est pourquoi la Ville a finalement opté pour la reprise de l’activité du golf dans son budget principal. « La volonté de la Ville est de maintenir le golf. On nous reproche de ne pas avoir assez de fonds, tout en reconnaissant qu’en régie, c’était difficile d’y arriver. Ce changement de statut permettra de faire les investissements nécessaires en matière de terrain, de structures et de matériel » a souligné Diane Leseigneur, adjointe au maire et présidente du conseil d’administration du golf. Des annonces qui n’ont pas convaincu les conseillers d’opposition, qui sont longuement intervenus. « Un rapport sévère et des réalités qui nous désolent. Avec le golf, c’est l’attractivité de la ville qui est en jeu et les difficultés relevées viennent des décisions de la municipalité actuelles. C’est atterrant ! » a assuré le conseiller socialiste, Timour Veyri, proposant de « réintégrer le golf dans la gestion de la Ville d’Évreux ». Guillaume Rouger a également mis en cause les élus de la majorité : « Quel gâchis ! C’est le premier sentiment qui me vient quand je lis ce rapport. Pour que vous commenciez à agir, il semble que vous ayez besoin que les autorités administratives vous l’ordonnent. Tout cela est à inscrire à votre passif », tout en reconnaissant, « que certaines difficultés originelles du golf dataient d’avant votre mandat ». Diane Leseigneur a vivement réagi : « Pourquoi n’avez-vous pas changé de statut s’il était mauvais, lorsque vous étiez aux affaires ? Il a fallu gérer un bateau qui n’était pas dans un état extraordinaire, à la suite d’une accumulation d’erreurs. Vous avez la mémoire courte. Que n’avez-vous pas changé les choses quand vous pouviez le faire ? ». Guy Lefrand est ensuite intervenu pour donner son sentiment sur ce dossier : « Ce rapport de la CDC, c’est une claque pour vous ! Il explique en effet que nous n’en avons pas fait assez pour le golf. Nous avons hérité d’un patrimoine en déshérence avec l’état de l’hippodrome, des gymnases qui présentaient un vrai danger pour les utilisateurs. Nous ne pouvions pas tout faire et il est vrai que le golf n’a pas été la priorité du mandat. Je l’assume parfaitement. Nous allons désormais œuvrer pour dynamiser et démocratiser ce golf, afin qu’il retrouve son esprit d’origine, tel que l’avait voulu Rolland Plaisance » a conclu le maire. Une délibération a fait l’unanimité chez les élus : celle de donner le nom de Simone Veil au nouveau groupe scolaire de Nétreville.



Louis Leprêtre
09/02/2021