Un budget voté et un débat animé au conseil communautaire


Dans un contexte marqué par l’incertitude, les élus de l’Agglo du Pays de Dreux, se sont réunis, lundi soir, à l’Atelier à spectacle de Vernouillet pour voter le budget 2021 et débattre de l’adhésion de l’OPH Drouais à la SAC (Société Anonyme de Coordination) Habitat Réuni.

Malgré la récession économique et la hausse de l’endettement public, le budget 2021 de l’Agglo du Pays de Dreux, présenté par Patrick Riehl, se veut dans la continuité de celui de 2020. Il intègre la reprise en régie de la piscine de Saint-Rémy-sur-Avre et la délégation de service public du transport ainsi que le nouveau schéma de financement des collectivités locales et la baisse des recettes fiscales. L’Agglomération s’engage dans la mise en œuvre de nouveaux projets tels que les petites villes de demain, le plan santé et le campus connecté. Dans un esprit de solidarité, les élus communautaires ont voté le budget principal 2021 qui s’équilibre à 62.431.257 € dont 49.804.454 € en section de fonctionnement et 12.626.803 € en section d’investissement. Ce budget est en baisse de 1,06% par rapport à 2020. L’agglomération table sur une baisse de 1,94% de ses recettes fiscales, à hauteur de 32.561.613 €. Les dotations de l’Etat, qui représentent 22% du budget, restent stables à 10.754.499 €. Côté charges, les reversements de fiscalité représentent 53% des dépenses, à hauteur de 25.058.626 €. Les dépenses du personnel (25% du total des dépenses) atteindront plus de 12 millions d’euros. Les dépenses d’investissement dépassent les 9,5 millions d’euros dont près de 1,2 million d’euros de remboursement du capital d’emprunt. Le débat s’est animé autour de l’adhésion de l’OPH Drouais à une structure parisienne. La SAC Habitat Réuni a validé l’adhésion de l’Habitat Drouais en janvier. La loi Evolution du Logement de l’Aménagement et du Numérique (ELAN) oblige les bailleurs sociaux gérant moins de 12.000 logements de se regrouper. « À Dreux, deux alternatives se présentaient : la solution départementale avec des bailleurs sociaux d’Eure-et-Loir ou la solution de rejoindre la SAC Habitat Réuni. C’est un regroupement de bailleurs sociaux de très bon niveau sur le territoire national. Notre choix s’explique par le fait que par essence notre économie est tournée vers la région parisienne et l’Habitat Réuni est le 4ème acteur HLM en France. Nous allons bénéficier d’une ingénierie et d’une capacité d’analyse que nous n’avons pas. Nous allons dépasser ensemble les 200 millions d’euros de chiffre d’affaires. Cela nous permet de capter les subventions européennes. C’est un enjeu d’avenir », explique Pierre Frédéric-Billet, 1er vice-président en charge de l’Attractivité du Territoire par le Développement Économique. De son côté, Jérôme Depondt, vice-président en charge de la vie institutionnelle, a fait remarquer que : « la décision avait été annoncée comme acquise prématurément, dans la presse locale, mais qui n’est proposée au vote que ce soir et qu’elle n’est pas une simple formalité ». À quoi, Pierre-Frédéric Billet a rétorqué : « nous sommes rattachés à l’agglomération mais les drouais ont soutenu l’office HLM par le biais de trois plans de relance. Comment leur expliquer qu’ils ont dépensé 30 millions d’euros et qu’ils n’ont pas leur mot à dire. Je rappelle que 97% des logements sont sur Dreux et Vernouillet. Le nouveau plan de rénovation urbaine (PNRU), de 140 millions d’euros sur Les Bâtes et la Tabellionne, financé par les deux communes alors que nous serions en droit de demander une contribution à l’Agglo. ». Le débat a été tranché par le président Gérard Sourisseau : « Sur le sujet du logement, on avait délibéré pour un plan A et un plan B. C’est la proposition de rejoindre la SAC Habitat Réuni qui nous est proposée. Notre Charte affiche le respect de l’avis des maires concernant leur propre territoire. Avec le maire de Dreux, nous avons participé à des réunions départementales qui nous présentaient les avantages et les inconvénients de chaque type d’adhésion ».

 



Annie Duval-Petrix
17/02/2021