Il vend sa vanille de Madagascar sur les marchés


Yves Fargeas est musicien auteur-compositeur. Une belle rencontre et la crise sanitaire due à la Covid-19 lui ont offert une autre voie, celle des plantations des gousses de vanille parfumées de Madagascar.

L’artiste est devenu entrepreneur. La crise sanitaire a mis son activité au sein de son groupe musical Agrafes TTC en sommeil. Même s’il poursuit ses activités en solo à la maison, le temps des concerts est bien loin. Les artistes paient un lourd tribut à la Covid-19. Parfois, il suffit d’un peu de chance, d’une bonne étoile ou tout d’une belle rencontre pour que la vie prenne un nouveau tournant. Avec sa compagne Zita Douglasse, née au nord-est de Madagascar dans les forêts d’Ampanakana, ils ont mûri le projet de se lancer dans la vente, sur les marchés de la région drouaise et des Yvelines, des gousses de vanille cultivées par l’entreprise familiale de la sœur et du beau-frère de Zita. « J’avais quelques économies et suite aux difficultés nées de la crise sanitaire, j’ai pensé qu’investir dans l’entreprise familiale serait une bonne chose. C’est agréable de travailler en famille », explique Yves Fargeas. S’il sale la cour de sa maison pour faire fondre la neige à Dreux, sa compagne profite des 40°C et du soleil à Madagascar. Elle y est partie quelques semaines afin de préparer leur future maison et faciliter les envois de marchandises vers Dreux. Développer une entreprise prend beaucoup de temps et Yves Fargeas en sait quelque chose. « Je reçois les gousses en vrac et je les conditionne moi-même sous vide par une, deux ou trois. Je les vends sur les marchés de Dreux, Houdan, Ezy-sur-Eure, Pacy-sur-Eure, Epernon, Verneuil-sur-Avre, Vernon, Rambouillet et Montfort-l’Amaury en roulement, une fois tous les quinze jours », explique le commerçant non-sédentaire qui ne se déplace qu’en vélo car il est adepte de ce moyen de déplacement. « Dans la forêt d’Ampanakana, sur la plantation de Vanille Douglasse Familly, c’est Patrick Lelack, beau-frère de Zita, qui se charge de planter les orchidées. Elles mettent trois à cinq ans pour donner une récolte et meurent au bout d’une dizaine d’années. Les gousses sont récoltées une fois par an, d’avril à juin. Elles sont alors vertes et n’ont aucune odeur. Elles sont ensuite échaudées trois minutes entre 70 et 80°C et c’est là qu’elles commencent à révéler leur parfum. On les fait ensuite sécher au soleil tous les jours pour qu’elles restent souples et se conservent facilement », confie Yves Fargeas qui propose, en même temps qu’un prix à 5 € la gousse, mille et une recettes sucrées ou salées.

Facebook : Vanille Douglasse Familly
Tél.: 06 63 20 23 84 
vanilledouglassefamilly@gmail.com 



Annie Duval-Petrix
17/02/2021