La ville de Vernouillet à l’écoute des commerces et de leurs clients


Les commerces de Vernouillet et leur clientèle sont au centre des préoccupations de la municipalité. Deux enquêtes sont lancées par le service de management commercial et marketing territorial d’Éric Steiner, pour recueillir les témoignages des deux parties.

Deux enquêtes d’opinion sont en cours jusqu’au 3 avril sur le territoire de Vernouillet. L’une auprès des habitants et clients des zones commerciales de Plein Sud et des Corvées, l’autre auprès des commerçants. Elles sont accessibles en flashant le QR code présent sur les affiches de la ville, sur le Vernouillet Le Mag’, ou encore sur le site internet de la commune. « Pour les personnes qui ne disposent pas d’internet, nous irons à la rencontre des uns et des autres sur les deux zones pour faire le recueil en présentiel des observations », indique Éric Steiner. « Sur un territoire d’un peu plus de 5000 foyers, nous aimerions recueillir environ 10 % d’opinions ». L’enquête auprès des commerçants poursuit deux objectifs. La crise sanitaire a mis un certain nombre d’entre eux en difficulté même si certains ont tiré leur épingle du jeu. « Indépendamment de la crise sanitaire, on a vu de nouvelles tendances émerger. Est-ce que ce sont des modes ponctuelles ou des tendances appelées à durer ? Le Do It Yourself (faire soi-même), les circuits courts, le Click and Collect, le bio, le marché de seconde main, l’un des points importants est de savoir si les commerçants perçoivent une demande autour de cela, s’ils pensent s’adapter à ces nouvelles habitudes et s’ils se projettent à Vernouillet. Il faut aussi savoir s’ils sont satisfaits de leur implantation, s’ils pensent qu’ils seront amenés à se développer ou s’ils sont sur des tendances plus compliquées. Nous souhaitons faire une photo à l’instant T de la vision des commerçants, leur envie de rester, celle d’investir, leurs difficultés et ce qu’ils aimeraient voir s’améliorer. Nous avons déjà une dizaine de réponses chez les commerçants et environ quatre-vingts chez les clients. On voit bien les choses se dessiner ». Selon Éric Steiner, des préoccupations autour de l’aménagement urbain, les espaces, la propreté apparaissent chez les clients « on les retrouve aussi chez les commerçants. Des remarques qui, au fil du temps vont s’affirmer sur la quantité. Il faudrait régler des problèmes comme la présence, toute la semaine, de containers poubelles sur les trottoirs. Ce n’est pas forcément la faute des commerçants si le bailleur n’a pas prévu d’endroit à cet effet. Il nous faudra travailler avec le bailleur et rendre praticables les trottoirs pour les personnes âgées et les mamans avec des poussettes. Ce sont plein d’éléments, mis bout à bout, qui font qu’un endroit donne envie, ou non, de s’y promener. On a deux locomotives : un pôle automobile et des enseignes qui tirent vers le haut mais les clients font les courses prévues et s’en vont. Ils n’y restent pas. Nous devons nous mettre en ordre de marche pour lutter contre l’évasion commerciale qui reste une réalité, sur Évreux, Chartres ou la région parisienne et sensibiliser nos enseignes. Ces enquêtes et les conclusions que nous en ferons, nous permettront de voir comment on peut travailler à la redynamisation de ce territoire ».

www.vernouillet28.fr

 



Annie Duval-Pétrix
18/03/2021