La cathédrale Notre-Dame d’Évreux, melting pot architectural


Édifiée au Xème siècle, l’imposante cathédrale Notre-Dame d’Évreux est l’illustration des différents courants de l’architecture religieuse au fil du temps. Mélange de styles pour cet édifice classé au titre des Monuments Historiques depuis 1862, roman, gothique rayonnant et flamboyant cohabitent en ses lieux. Incontournable édifice de la capitale euroise, ce lieu chargé d’histoire a été construit pour que les chrétiens puissent y honorer leur foi.
 
Incendiée à plusieurs reprises, à chaque fois rebâtie, la cathédrale resplendit aujourd’hui avec ses pierres blanches et ses 70 verrières rehaussées par l’éclat du jaune d’Évreux. « Ce jaune est inventé au 14ème siècle par un Maître-verrier d’Évreux, au même titre que le bleu de Chartres, celui-ci a la particularité de n’avoir jamais perdu de sa couleur au fil du temps » précise Père Éric Ladon. En fonction depuis l’automne, le nouvel éclairage de la cathédrale permet la mise en valeur de tous les détails de la cathédrale. À certains endroits, on peut apercevoir les vestiges des couleurs qui ornaient les plafonds autrefois. Que ce soit pour s’y promener, s’y recueillir ou prier, les visiteurs ne pourront louper les magistrales grilles de chœur en fer forgé offertes par Napoléon ni ses chapelles rayonnantes et latérales. « Chaque époque laisse une trace dans le cheminement du cœur humain » observe le père Ladon. « Lors de la Révolution Française par exemple, les fleurs de lys sculptées dans le bois ont été enlevées. Rappelons que le lys est le symbole de la pureté de la Vierge Marie, ce sont les rois de France qui se sont appropriés ce symbole ». Détour obligatoire pour admirer les vitraux de la Chapelle de la Mère de Dieu. « On y retrouve l’histoire de la Vierge Marie ainsi que le chemin de vie du Christ. Les vitraux racontaient en images la vie de Jésus, pour ceux qui ne pouvaient la lire ». Nul visiteur ne pourra louper le grand orgue au style contemporain installé dans la cathédrale depuis 2004. Inauguré en 2006, l’orgue se présente sous la forme d’un cylindre posé sur six pieds. « Il s’agit là d’une des dernières images de notre époque, qui s’imbrique pleinement dans l’étroitesse de l’espace. Ses volets peuvent se resserrer, s’ouvrir pour dévoiler un intérieur coloré, brique, bleu et or ». Alors que les chrétiens viennent de vivre la semaine sainte et les fêtes de Pâques, les lieux ont dû également être repensés pour être covid-responsable. « On a repoussé les chaises et fait de grandes rangées. Deux sièges doivent être vides entre chaque foyer ». Ouverte tous les jours de 9h à 19h, la cathédrale n’a pas fini d’époustoufler ses visiteurs.


Aurélie Bourgeaux
07/04/2021